Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 7 Juillet 2011

10 % de mails en moins = 1 tonne d'équivalent CO2 de moins sur un an



Réduire de 10 % l’envoi de courriels incluant systématiquement son responsable et un de ses collègues au sein d’une entreprise de 100 personnes permet un gain d’environ 1 tonne équivalent CO2 sur l’année, soit environ 1 aller-retour Paris/New-York. Tel est l'un des enseignements d'une étude réalisée par les experts de l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie) pendant 18 mois avec ceux du cabinet Bio Intelligence Services sur des indicateurs d'impact potentiel sur le changement climatique (émissions d'équivalent CO2).



10 % de mails en moins = 1 tonne d'équivalent CO2 de moins sur un an
En moyenne, 247 milliards de courriers électroniques ont été envoyés par jour dans le monde en 2009 en prenant en compte les spams. Un chiffre de 507 milliards est anticipé pour 2013.
Les scénarii ont montré que chaque collaborateur d’une entreprise française de 100 personnes reçoit en moyenne 58 courriels et en envoie en moyenne 33 par jour, dont la taille moyenne est d’environ 1 Mo. Ces envois de courriels entraînent des émissions de gaz à effet de serre. Sur la base de 220 jours ouvrés par an, ces dernières représentent 13,6 tonnes équivalent CO2.
Réduire de 10 % l’envoi de courriels incluant systématiquement son responsable et un de ses collègues au sein d’une entreprise de 100 personnes permet un gain d’environ 1 tonne équivalent CO2 sur l’année (soit environ 1 aller-retour Paris/New-York).

Le cas spécifique d’une entreprise française dans laquelle un employé envoie un courriel de 1 Mo à plusieurs destinataires : 10 personnes puis 100 personnes, a été étudié. Les résultats ont montré que décupler le nombre de destinataires multipliait par 4 l’impact sur le changement climatique. Pour obtenir des données plus précises, les scenarii ont mesuré la différence d’impact de l’envoi d’un courriel de 1 Mo à 1, 2 ou 3 destinataires. Environ 6 g équivalent CO2 supplémentaires sont émis pour chaque destinataire supplémentaire, ce qui représente environ 44 kg équivalent CO2 par an et par employé.

Moins imprimer pour produire moins de CO2

Diminuer de 10 % le taux d’impression des courriels reçus par les employés d’une entreprise de 100 personnes permet d’économiser 5 tonnes équivalent CO2 sur un an (soit l’équivalent d’environ 5 allers-retours New-York/Paris). Les scenarii ont comparé l’impact de l’impression d’une pièce jointe de 4 pages sous différents formats et constaté que l’impression a une forte influence sur le potentiel de changement climatique, tout comme le format d’impression sélectionné. L'étude a également montré que les impacts de la lecture à l’écran d’un document reçu par courriel sont liés au temps de lecture, qui détermine le temps d’utilisation de l’ordinateur.

Moins stocker produit moins de CO2 !

L’impact du stockage des courriels et des pièces jointes associées sur un serveur est un enjeu important : plus le courriel est conservé longtemps sur un serveur, plus il a un impact négatif sur le potentiel de changement climatique. Son rôle dans l’épuisement du potentiel des ressources fossiles est également accru. Pour parvenir à cette conclusion, les experts ont comparé l’envoi d’un courriel de 1 Mo à une personne, l’envoi d’un courriel de 1 Mo à une personne qui le sauvegarde pendant 6 mois sur son serveur, l’envoi d’un courriel de 1 Mo à une personne qui le sauvegarde pendant 3 mois sur son serveur avant suppression. Les conséquences sur le potentiel de changement climatique sont moins importantes quand la durée de sauvegarde est plus courte.
Diminuer de 10 % la proportion d’envoi de courriels de 10 Mo au sein d’une entreprise de 100 personnes permettrait un gain de 8 tonnes équivalent CO2 sur un an (équivalent à 8 allers-retours New-York/Paris). Pour obtenir ce résultat, les scenarii ont permis de mesurer et d’évaluer les impacts environnementaux générés sur un an quand 10 % des employés d’une entreprise française de 100 personnes envoient des courriels de 1 Mo sans compresser les documents qu’ils envoient (passage à un message de 10 Mo).



1.Posté par le roy le 08/07/2011 07:18
ça dit quoi la fin de l'article ?
moi j'ai arrêté à la troisième ligne de peur d'émettre trop de gaz !

2.Posté par AODL le 08/07/2011 07:49
Dans l'article on parle des mails stockés. Et qu'en est il pour les articles et photos laissés des années archivé sur les serveurs?

3.Posté par Yan le 08/07/2011 07:52
n'iimporte quoi !
nous devrions aussi essayer de retenir notre respiration quelques minutes par jour...
Et on continue à nous bassiner cette histoire de réchauffement climatique provoqué par l'homme pour continuer à faire du business, alors que les climatologues et météorologues annoncent une période glaciaire pour bientôt, du fait de l'activité solaire en baisse pendant une certaine période.
Il faudrait arrêter un jour non seulement de vouloir faire sensation avec des calculs stupides, en en tirant des conclusions sans fondement...

4.Posté par fayet le 08/07/2011 08:04
Qui parle des publicités ? papier, téléphone, mails....
Beaucoup de gaspillage.

5.Posté par ENIGMA le 08/07/2011 08:12
l'écologie une nouvelle religion,,,,,,,?les guerre de religion sont aussi vielles que le monde.
les hommes et les animaux poluent depuis toujours: les cochons une infection;les vaches leurs pets et leurs bouses aussi;les crottes de chiens c'est de la me...on marche dedans dans les rues
AVEC LES ECOLOS L'HOMME N'EST PAS LE BIENVENU SUR TERRE SAUF EUX BIEN ENTENDU
moi je suis athée et ne crois pas en cette nouvelle religion;

6.Posté par Odile le 08/07/2011 09:46
Est-ce qu'on parle des tonnes de papiers économisée grâce aux e-mails, aux coups de fils non passés, aux camions, voitures, avions des postes restés au garage car il y a moins de courrier à distribuer ?
Dans toutes les entreprises les ordinateurs sont de toute façon allumés toute la journée, des centaines, milliers, millions de documents, photos, présentations stockés as vitam éternam... Les calculs cités si-dessus paraissent pour le moins sommaires et peu explicites.