Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


A 83 ans, il était encore steward chez United


Ron Akana, PNC de United, va rentrer dans le livre Guinness des Records en octobre lors de la prochaine édition. Sa particularité ? Avec 63 ans passés dans les avions, il est le steward ayant effectué la plus longue carrière. A 83 ans, le steward a rangé le week-end dernier son uniforme au placard après un dernier vol professionnel qui lui a permis de se poser là où il avait débuté en 1949 : l’ Etat d’Hawaï.



A 83 ans, il était encore steward chez United
Son dernier vol aura été particulièrement arrosé – pas (uniquement) par des bulles et autres boissons – mais par les camions de pompier de l’aéroport de Kauai qui ont accueilli l’avion du PNC avec des jets d’eau, comme c’est la tradition lors d’une inauguration. Ce point final à sa très longue carrière a été l’occasion pour Ron Akana, qui a été parmi les premiers stewards d’United Airlines, d’évoquer ses souvenirs devant la presse. En 1949, encore étudiant à l’université de Hawaï, des amis lui ont parlé d’une annonce de la compagnie «Nous ne savions même pas ce qu'était un agent de bord», se souvient-il. «Mais cela signifiait rejoindre le continent, ce qui était énorme à l'époque (...) Cela semblait plutôt excitant et ça a été beaucoup plus que ça». Une de ses plus belles expériences professionnelles restera la rencontre avec l'équipe du film «Tant qu'il y aura des hommes» (1953), dont Frank Sinatra et Deborah Kerr. En 63 ans de travail, il a suivi toutes les évolutions du monde aérien. Il a connu l’époque où prendre l’avion était un événement. Les passagers s’habillaient alors pour l’occasion et pouvaient fumer dans la cabine sans craindre les amendes. Mais, en 6 décennies de nombreuses choses "se sont améliorées", dit-il : l’arrivée des appareils à réaction a permis de diviser par deux le temps de vol, les films sont arrivés à bord et difficile à croire (mais il le dit) les repas se sont améliorés. Moins léger : les attentats du 11 septembre 2001 et le renforcement de la sécurité qui a suivi l’ont marqué aussi.
Ron Akana a prévu de passer sa retraite auprès de sa femme et de ses petits-enfants dans le Colorado. Lui qui a hésité longtemps avant de s’arrêter, regrette une chose : être parti avant de pouvoir travailler à bord du 787 Dreamliner. Mais il compte bien le prendre en tant que passager «J'ai obtenu des avantages énormes pour voyager. Il y a beaucoup à voir», fait-il remarquer. Souhaitons-lui une retraite aussi longue, active et bien remplie que sa vie professionnelle !