Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


A380 : après les ailes, le nez serait défaillant


Alors que tous les A380 doivent être contrôlés sur la demande de l’AESA, à cause de micro-fissures observées sur les ailes, un autre problème pourrait mener le super Jumbo au hangar, selon le journal Financial Times Deutschland. L’agence pourrait délivrer une nouvelle recommandation sur les six rivets placés sur le nez de l’appareil. Ils ne seraient pas assez résistants pour tenir le capot en cas de dépressurisation.



A380 : après les ailes, le nez serait défaillant
Après les problèmes de micro-fissures sur ses ailes, un autre problème de structure de l’A380 a été révélé par le Financial Times Deutschland. Il se situe cette fois-ci sur le nez de l’appareil. L'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) préparerait une directive pour les compagnies détentrices d’un super jumbo, leur demandant de changer les six rivets en aluminium à l’avant contre des pièces plus résistantes en titane dans les huit mois. Interrogé, le constructeur Airbus a indiqué que ce n’était encore qu’un projet en discussion et a relativisé le problème : «Il s'agit là de la vie ordinaire d'un programme aéronautique et le délai de huit mois envisagé pour les compagnies prouve à quel point ce sujet ne relève pas d'une question de sécurité aérienne», a déclaré le porte-parole du constructeur. Les rivets incriminés tiennent le radôme, le capot en matériaux composites sur le nez de l’avion. Selon le document de l’AESA consultable sur son site jusqu’au 14 mars : à long terme, ils pourraient lâcher en cas de dépressurisation brutale. Le problème ayant été déjà relevé par l’avionneur, il a été résolu sur les appareils en cours de construction et les clients d’Airbus ont en parallèle reçu des recommandations du fabriquant.