Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 14 Juin 2017

AFTM, le changement dans la continuité



Comme pour les législatives, l’abstention aura été forte à l’Assemblée générale de l’AFTM où seuls 160 votes ont été enregistrés (sur un peu plus de 320 adhérents) pour l’Assemblée générale de ce 13 juin. Un beau résultat néanmoins pour une association qui a accueilli physiquement 60 personnes et géré une centaine de pouvoirs. Rien de bien surprenant quand on sait qu’un grand nombre est adhérent "au cas où", comme nous l’expliquait en mai dernier un acheteur de province.



La soirée annuelle de l'AFTM, un événement fédérateur de la profession
La soirée annuelle de l'AFTM, un événement fédérateur de la profession
"On aurait pu avoir un retour à la vision associative mais on a préféré le business qui s’appuie sur les sponsors et non sur la totalité du marché", explique le soutien d’un candidat malheureux. Et de détailler sa vision : "Aujourd’hui, seuls ceux qui payent ont un accès à l’association alors que le monde associatif est par définition ouvert à l’ensemble des partenaires d’un domaine". Et de le démontrer, avec un sourire un brin agacé : "L’AG elle-même était sponsorisée par Emirates et le groupe hôtelier Jumeirah".

Rien de choquant pour d’autres adhérents qui savent que le fournisseur est un partenaire essentiel du voyage d’affaires et un financier nécessaire à la vie associative. "Tous les acheteurs n’ont pas accès aux nouveautés et aux informations proposées par les entreprises et je reste persuadé qu’en province, c’est même perçu comme un plus", constate un autre adhérent, un peu choqué par ces critiques permanentes sur le financement de la structure.

Côté résultats (voir notre article), la belle élection de Michel Dieleman et de son Trésorier (plus de 150 voix sur 160) devrait conforter l’association sur son avenir, avec une élection de bureau prévue le 28 juin. La vision consensuelle des dossiers, au-delà de la vision régionale, devrait faire la part belle aux sponsors. "On se moque à mots couverts de la GBTA et de la myriade de fournisseurs au CA", détaille un candidat, "Mais à l’AFTM on fait la même chose sans l’assumer. On croit fermement que le fournisseur est seulement là pour son amour du travel management. Illusoire". Michel Dieleman, candidat à sa propre succession, balaie d’un revers de main cette assertion : "Nous ne sommes pas des bisounours et nous savons tout cela mais chacun doit tenir la place qui lui est attribuée, on y veille".

Pour d’autres adhérents présents ce 13 juin, c’est avant tout la victoire de Thibault Barat qui s’est exprimée. A-t-il réellement œuvré pour "avoir un bureau à sa main ?", c’est ce que pensent deux candidats écartés du Conseil d'administration. Et au sein du prochain bureau, cette approche ne devrait pas plaire à tout le monde. Beaucoup sont persuadés qu’il est "le seul et vrai patron" de l’AFTM et lui imputent les trop nombreux développements commerciaux tenus, tissés avec les fournisseurs. Il est vrai que sur les 50 à 60 événements annuels, plus de 80 % sont animés par les partenaires y compris dans les délégations de province. Mais sur ce point là aussi, les adhérents sont perplexes : "Nous n’en serions pas là où nous en sommes sans l'action de Thibaut", reconnait l'un d'eux qui reflète la pensée d'une grande majorité de personnes interrogées et qui ajoute "les fournisseurs font partie de notre univers quotidien. Ce sont autant des commerciaux que des sources d'informations".

"Il y a eu sans doute quelques arrangements politiques entre amis", explique un autre candidat déçu. Et d’y voir la patte d’un groupe qui ne voulait aucun changement. "Il fallait à peine bouger les lignes. Pas de transformation massive". Les candidatures rejetées d’Aziz Bougja (Véolia), Yann Marx ou de Jérôme Drevon Bareaux confortent la vision de certains votants. Une approche loin d’être partagée par tous même si Jérôme avait été invité par le bureau à ne pas se présenter en raison de sa situation professionnelle. "Pourquoi avoir alors accepté ma cotisation et ma présence au bureau si je n’étais pas légitime ?" laisse entendre le candidat battu. Une vraie question sur le fond. Pas sur que le candidat en reste là.

Le résultat de ces élections rassurent les sponsors, bien décidés à garder la main mise sur la structure qu’ils financent à plus de 95 %. L’un d’entre eux ne cachaient pas sa satisfaction aujourd’hui : "Nous ne pouvons pas nous permettre d’être éloignés de la seule association qui joue un rôle de go between entre nous et nos clients potentiels".

Michel Dieleman devrait conserver la Présidence de l’AFTM. C’est une bonne et mauvaise chose. Bonne car il est pugnace, constructif et décidé, et dispose de temps pour suivre la vie de l'association. Mauvaise, car l’idée d’un renouvellement construit sur des acheteurs en activité quotidienne était une bonne approche, Michel restant le Président référent, toujours présent. "A l'AFTM il n'y aura pas eu d'effet Macron" affirme en souriant un élu du CA.

Il reste la question de l'absence d’une vision politique clairement exprimée sur de grands dossiers (nous l’avions déjà évoqué), qui éloigne l’association du voyageur d’affaires. C’est un point noir qui reste en suspens pour une association qui veut aujourd’hui représenter le travel management…. Mais qui joue plus la carte du travel que du management. En devant l'Association Française du Travel Management, la structure va pouvoir accueillir en son sein de nouveaux adhérents comme les cabinets d'études ou les consultants. Une idée que réfutaient jusqu'à ce jour certains membres du conseil qui y voient une concurrence professionnelle qui limiterait les missions actuellement confiées à des TM sans poste fixe. Le débat sera nécessaire tant le consulting est devenu le fer de lance de l'innovation, des process et des technologies dans le business travel. L'apport d'un Julien Chambert comme le savoir d'Epsa ou d'Areka, entre autres, est une force constructive qu'il serait dommage de ne pas intégrer à l'association.

Bref, le changement dans la continuité est bien engagé. Qui voulait réellement le contraire ?

Marcel Lévy



1.Posté par JED le 15/06/2017 07:56
Et nous connaissons tous la proximité de Thibault avec les CBT conseil, Epsa, JK et consorts... à qui profite le crime du changement de nom..

2.Posté par JEB le 15/06/2017 09:26
Bonjour,
Je reformule un commentaire précédent qui je suis sûr, aura subit la censure.
Quid de la présence des nombreux consultants au sein de l'AFTM ?! CBT Conseil qui fait les cafés et livres blancs, EPSA qui anime des dîners, on apprend que JK va faire des formations publiques. Comment sont sélectionnés ces consultants, sur quels critères ?! La proximité de JChambert avec Le délégué général est de notoriété publique. La proximité avec Epsa ne fait également aucun doute, nous pouvons le constater lors dès événements. Maintenant JK ?
Les administrateurs sont ils concernés par ces choix ? Les adhérents à fortiori ?
Qui est à l'origine du changement de nom de l'aftm ? À qui profitera t'il ? Et bien aux consultants qui pourront dorénavant investir "sans complexe" l'association. Bref, notre délégué général n'est il pas en train de reléguer l'esprit associatif au second ou troisieme plan ? La surabondance de fournisseurs depuis son arrivée n'est pas un secret. Aujourd'hui, c'est une entreprise, "assimilée à une SARL" comme il l'a déclaré en AG.

3.Posté par annie fave le 15/06/2017 10:49
Aucune censure, cher lecteur, mais les commentaires sur DeplacementsPros.com sont "modérés" pour ne pas laisser place à l'insulte. Il y a donc un léger délai de mise en ligne. Vos deux mots sont donc validés, et nous vous laissons la responsabilité de vos propos.

Vous souhaitant une bonne journée
Annie Fave
Editeur de DeplacementsPros.com

4.Posté par Thibault Barat le 15/06/2017 16:42
Bonjour, Cher JEB ou JED, qui m’accusez publiquement de je ne sais quelle « proximité » avec les différents cabinets de consultants.

Il est bien évident que je ne m’abaisserai pas à répondre à de telles accusations visant uniquement à me nuire.

Bien entendu, l’AFTM et moi-même, en tant que Délégué général de l’association, avons des relations avec des consultants. Je revendique cette proximité que vous me reprochez sans complexe. Sachez que certains sont mêmes des amis. Ce qui n’est pas acceptable, ce sont vos « soupçons » de collusion. Les consultants sont des acteurs de la profession et ce serait une faute professionnelle de ne pas avoir d’échanges avec des experts de notre industrie. De nombreux adhérents font appel à des cabinets de consultants pour les éclairer, les guider ou encore les accompagner sur tel ou tel point de leur activité. C’est logique et légitime de demander un support lorsqu’on ne possède pas l’expertise en interne ou que le temps et/ou les ressources humaines viennent à manquer pour porter soi-même certains projets.

Vos sous-entendus sont grossiers et fallacieux. Sachez qu’ils ne m’atteignent absolument pas, d’autant moins que vous n’avez même pas l’élégance de signer vos propos de votre nom, ce qui montre à quel point vous et votre démarche, êtes méprisables.

Néanmoins, si par miracle le courage pouvait vous tomber sur les épaules dans les jours à venir, je suis à tout à fait disposé à en discuter de vive voix avec vous.

J’invite également les adhérents et partenaires de l’AFTM qui seraient en désaccord avec certaines des analyses de cet article ou surpris par le sens de ces commentaires à se manifester et à témoigner de leur expérience au sein de l’AFTM. Au-delà des commentaires de quelques-uns, n’oublions pas que la très grande majorité de nos membres semblent « heureux » de ce qu’ils trouvent à l’AFTM.

Merci aux lecteurs qui auront prêté attention à ma réponse.

Thibault BARAT - Délégué Général de l’AFTM

5.Posté par Sylvie RAYNAUT le 15/06/2017 18:28
Bonjour
Je suis adhérente à l'AFTM depuis de nombreuses années et je suis hébétée par cet article qui est tellement éloignée de la réalité de ce qui a été l'AG de mardi soir menée avec sérieux et considération à l'égard de tous les participants. Alors permettez moi juste de vous conseiller de soigner votre jalousie avec le médicament JALOUXINE traitement efficace pour adultes râleurs et envieux.
Bien à vous
Sylvie RAYNAUT
Canal+

6.Posté par PM le 15/06/2017 19:09
Bonsoir

Votre attaque de Thibault est simplement pitoyable et ne serais pas surpris que vous soyez l'un des candidats malheureux évoqués ci -dessus ! Si c'était le cas, je me félicite que vous n'ayez pas été élu, vous auriez perturbé l’excellent déroulé des travaux de l'AFTM.
PM

7.Posté par CL le 15/06/2017 23:32
Pendant que les réseaux se nourrissent de ce genre de commentaire fielleux, les associations se meurent.
Pas étonnant que les bénévoles soient de moins en moins nombreux pour mettre, qui son temps, qui ses connaissances, certains même leur argent, en tout cas leur passion, au bénéfice de la collectivité.
Ras le bol de ces donneurs de leçons, adeptes du « faites ce que je dis mais surtout pas ce que je fais » qui gangrènent nos structures associatives mais qui ne manquent jamais une occasion de venir se rincer le gosier !
Les associations ont besoin d'argent pour vivre, de salariés pour suppléer les bénévoles : où est le mal ?
Sans doute ces chevaliers blancs n’ont-ils pas de miroir chez eux, de peur de se regarder en face …

Vive le bénévolat !
Vive la générosité !
Vive l’éthique !

CL
Bénévole.
Adhérent de l’AFTM et fier de l'être.

8.Posté par Jérôme Drevon-Barreaux le 16/06/2017 18:31
Oui Marcel tu as raison (une fois n’est pas coutume), je ne vais pas en rester là !

Evidement je suis décu mais j’ai pendant 10 ans participé au développement de l’AFTM et ce n’est pas parceque je ne suis plus membre du CA que je vais « bouder » et ne plus participer à la vie de l’AFTM.

Quant à la citation que tu me prête, elle n’est pas mienne – j’ai juste souligné le fait qu’une personne qui change de métier n’oublie pas du jour au lendemain ses 16 années d’expérience pas plus que ne le ferai un jeune retraité.

A très bientôt

Jérôme Drevon-Barreaux (J DB :-)

9.Posté par Jerome le 16/06/2017 23:31
Bonsoir,
En activité Travel à Lyon et adhérents depuis quelques années, je m'étonne des contenus des derniers articles concernant l'AFTM, qui me semblent loin des évènements auxquels j’ai eu la chance de participer en province et sur Paris.
Je ne commenterai pas les 2 premiers propos qui démontrent une forte déception ou une forte rancœur. Je saluerai simplement le dynamisme, la bienveillance et le professionnalisme que j’ai pu observer ces dernières années chez Thibaut.
Je rejoins Sylvie sur la réussite de cette soirée d’AG qui a été appréciée grâce au travail d’arrière-plan du bureau et des bonnes volontés qui ont œuvrés très tard. Merci.

De ma région lyonnaise, nous sommes plusieurs adhérents à apprécier les actions et la VA de l’AFTM. Nous sommes conscients que tout n’est pas parfait, ce qui génère parfois des insatisfactions, comme dans toute association, toute entreprise et toute équipe.

J’ai en tête que l’AFTM a pour mission de faire reconnaître la profession, faire monter en compétences ses adhérents et créer le lien entre les acteurs du marché. Ce qu’elle réussit bien depuis sa création.

Alors effectivement, j’espère que les fondamentaux de cette association durent et que sa progression se poursuive … sans que la politique s’immisce de trop et prenne le pas sur le travail de fond.

Un adhérent également fier de l'être.