Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Accident Asiana : de nouveaux éléments sur l’évacuation des passagers


L’agence américaine de sécurité des transports (NTSB) a fini d’interroger les quatre pilotes et deux agents de cabine du vol d'Asiana Airlines qui a raté son atterrissage à San Francisco, le 6 juillet 2013. Elle a découvert que l’équipage avait, dans un premier temps, demandé au personnel de bord de ne pas évacuer le Boeing 777 .



Accident Asiana : de nouveaux éléments sur l’évacuation des passagers
Après l’accident, les pilotes qui étaient en contact avec les contrôleurs, ont donné pour consigne au personnel de bord de ne pas faire évacuer l’avion. «Le chef de cabine a alors fait une annonce au micro pour que les passagers restent assis», a expliqué Deborah Hersman, présidente de la NTSB, à la presse. «Au même moment, le steward qui était assis à la sortie 2L (...) a vu des flammes à travers la fenêtre. Il a envoyé à l'avant de l'avion le steward qui était assis avec lui, pour qu'il avertisse les pilotes qu'il y avait un incendie et qu'il fallait évacuer. C'est alors que l'évacuation de l'appareil a commencé». L’enquête montre ensuite que l’évacuation a été rapide. «Une minute trente après l'immobilisation de l'appareil, la porte 2L s'est ouverte, immédiatement suivie par la 1L, et les toboggans se sont déployés». Elle précise que le premier camion de pompiers est arrivé sur les lieux du crash «environ deux minutes après le crash».
La présidente de l’agence américaine a assuré que l’ordre de ne pas évacuer, donné en premier lieu, n’était pas forcement de la négligence. «Les pilotes sont à l'avant de l'appareil, ils n'ont pas une idée complètement exacte de ce qui se passe à l'arrière, l'information doit venir du personnel de cabine», explique t-elle. «Vu de l'extérieur, tout a toujours l'air plus simple, et on peut avoir une vision différente de celle des personnes directement impliquées. Nous devons comprendre ce que les pilotes ont pensé, les informations qu'ils avaient, quelles sont les procédures, s'ils ont respecté ces procédures et si l'évacuation a été réalisée de façon opportune».