Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Accident de Germanwings: plusieurs compagnies changent les règles de présence dans les cockpits


Face à l’émotion soulevée par l’accident de l’A320 de Germanwings et les premiers éléments de l’enquête, trois compagnies low cost européennes viennent de se prononcer pour la mise en place permanente de deux membres d’équipage dans le cockpit. Le Canada impose cette règle à toutes les compagnies canadiennes.



cockpit d'un A 319 DR Wikimedia
cockpit d'un A 319 DR Wikimedia
La réglementation aérienne n'impose pas cette double présence dans le cockpit mais les compagnies sont libres de mettre en place leurs propres procédures. En l’occurrence, trois compagnies low-costs ont successivement annoncé dans l'après midi de jeudi qu'elles prenaient cette mesure: EasyJet, puis Norwegian et enfin Icelandair. La procédure est relativement facile pour les low-costs qui, par nature aujourd'hui, n'effectuent généralement que des vols courts et moyens courriers. Aux équipages de prendre leurs précautions avant le départ.

Pour les pilotes de long-courrier, la procédure est plus complexe à mettre en œuvre pour respecter les temps de repos ou permettre à un membre d’équipage de se rendre aux toilettes mais le Canada a contourné l'obstacle. Le ministre canadien des transports a en effet annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi (décalage horaire) que toutes les compagnies canadiennes allaient devoir désormais respecter la consigne d'avoir en permanence 2 membres d'équipage dans le cockpit. Deux membres d'équipage, cela peut être aussi hôtesse ou steward même si, d'évidence, ces personnels ne s'installent pas aux commandes. La demande de l'un des pilotes de s'absenter devra donc s'organiser par son remplacement dans le poste de pilotage par un PNC.

Les pilotes estiment quant à eux qu'il faut avant tout revoir l’accès au cockpit via des solutions plus modernes comme la mise en place de serrures numériques qui utilisent l’iris ou la biométrie du réseau veineux. L’association européenne des pilotes de ligne devrait formuler d’ici une semaine des propositions précises sur le sujet.