Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


AccorHotels devrait revoir son expansion russe à la baisse dès 2018


Marqués par le conflit en Ukraine, la chute du rouble, les sanctions européennes et américaines, les indicateurs économiques en Russie ne sont plus au beau fixe. Cette situation pourrait mener AccorHotels à revoir ses projets d’expansion dans cette région après 2017.



AccorHotels ne compte pas revoir à la baisse ses projets russes tout de suite. Le groupe disposera ainsi de 50 établissements dans la région d'ici 2018. En revanche, le groupe hôtelier pourrait limiter son développement après 2017, principalement à cause de l'augmentation des coûts de construction lié à la hausse des taux d'intérêt en Russie. Le directeur Russie et CEI de l'entreprise a expliqué à Reuters lors du forum économique de Saint-Pétersbourg "Ce qui va changer, ce sont nos projets pour 2018-2020 parce que si on ne lance pas de nouveaux projets et qu'on ne commence pas la construction aujourd'hui, (les hôtels) ne pourront assurément pas ouvrir en 2018". Précision intéressante: "Tout cela est dû au fait que le coût de financement de la construction est accablant aujourd'hui. Trop coûteux, il est impossible de surmonter de tels taux d'intérêt. Si nous ouvrons en 2015 et 2016 entre huit et 10 hôtels (chaque année), je pense que ce sera la moitié en 2018-2020".
Le groupe hôtelier compte actuellement 29 adresses dans la région : 27 en Russie, une en Ukraine et une au Kazakhstan.