Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 6 Octobre 2011

Acte, un bilan finalement plutôt négatif



Organiser une rencontre international à Paris demande un minimum de contenus forts et des débats orientés vers l'avenir d'un métier en pleine mutation. A priori, selon notre enquête chez les professionnels français du Voyage d'affaires, le compte n'y est pas. Si la convention d'Acte a parfaitement mis en avant le networking attendu par les européens en déplacement dans la capitale française, elle a fortement déçu les participants français, souvent éblouis par une vision anglo-saxonne avant-gardiste. Sauf que là, de vision à court ou moyen terme... Il n'y en avait pas.



Acte, un bilan finalement plutôt négatif
Au moment même où la presse américaine évoque l'évolution du mobility management, ACTE est resté sur ses positions presque passéistes d'un métier de travel managers aux contours limités et peu engagés dans les notions d'achats globaux pourtant défendus par bon nombre d'entreprises. "Il y a peu de vision dans les conférences proposées à Acte", confie un fournisseur qui ne veut pas être cité, "Beaucoup d'entreprises exposantes étaient plus en avance que la présentation du marché faite sur scène. C'est pour moi toute la limite des grandes messes de ce type où, faute d'un public homogène, c'est le plus petit dénominateur commun qui sert de fil rouge". Un avis conforté par deux acheteurs présents le premier jour et qui s'attendaient à écouter des discours ou des ateliers décoiffants. "A peine une présentation rapide d'un fournisseur, sans tenant et aboutissant d'un interlocuteur à un autre". A mots voilés, beaucoup de commentaires sont dans la même veine. Bref, pour beaucoup, du temps perdu. Quant à la participation de l'AFTM qui était là au côté d'ACTE, elle a été assez réduite. Quelques présentations publiques voire le rappel de la présence de son Président à la conférence de presse... Il est vrai, comme le disait le vice-Président de l'Association Claude Lelièvre, que "On imaginait mal un stand de l'association sur une conférence plutôt fréquentée par les anglo-saxons". Il reste que ACTE devra convaincre pour durer. Faute de quoi, l'Association poursuivra sa lente et régulière descente vers un univers où le voyage d'affaires ne sera qu'un lointain souvenir. Le mot de la fin revient à une TM: "Heureusement qu'ACTE se déroulait cette année à Paris. Je sais déjà que je n'y serais pas l'an prochain".