Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Adapter les redevances aéroportuaires à la réalité économique!


Les compagnies aériennes et les aéroports s'affrontent régulièrement sur la question des redevances. Toutefois, la FNAM - qui représente 95% du secteur du transport aérien français (Aigle Azur, Air Caraïbes, le groupe Air France, Corsair International, XL Airways) - estime pour une fois que les recommandations remises par la Commission consultative aéroportuaire concernant Roissy-CDG et Orly sur la période 2016-2020 – CRE3 vont dans le bon sens. Et pour cause: la CCA prône la modération et la souplesse.



La Commission Consultative Aéroportuaire (CCA) a publié le 27 juin 2015 au Journal Officiel (JO - Avis N°86) une recommandation de modération dans les redevances payées par les compagnies aériennes et souligne que ces taxes devraient être adaptées à la réalité du trafic. Elle souligne ainsi que la croissance annuelle du trafic passager n'est pas ce qu'elle devrait être: "Malgré l'activité dynamique des compagnies à bas coûts et l'absence d'évènement majeur autre que les épisodes neigeux de fin 2010 et début 2013, (elle) devrait atteindre 2,7 % en moyenne sur la période 2010-2015, contre une prévision de 3,2 %". C'est pourquoi, recommande t-elle, "le contrat de régulation devrait prévoir des mécanismes d'intéressement des partenaires, compagnies aériennes et aéroport, selon les écarts à la hausse et à la baisse du trafic". Suit toute une explication sur le mécanisme qui pourrait être mis en place afin d'éviter de taxer les compagnies lorsque la croissance ne suit pas. Ce qui pourrait également permettre une modération des tarifs des billets d'avion, également favorable à une relance du voyage d'affaires.

Dans un communiqué, la FNAM indique qu'elle prend bonne note de l'avis émis parla CCA, estimant que "les préconisations qui y sont formulées vont dans le bon sens, à savoir une modération de l'évolution des redevances aéroportuaires". Elle ajoute toutefois que "Pour autant, comme le préconisait le rapport de Bruno Le Roux, nous sommes encore loin des actions indispensables à prendre pour réellement améliorer la compétitivité du transport aérien basé".