Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Aérien: croissance échevelée en avril


Le trafic aérien international de passagers a bondi de 16,5% entre avril 2010 et avril 2011, selon les données publiées par l'association internationale du transport aérien. L' IATA reconnait cependant que la comparaison est largement faussée par la fermeture de l'espace aérien du vieux continent l'an dernier, du fait du nuage de cendres projetées par l'éruption volcanique du Mont Eyjafjallajökull.



Aérien: croissance échevelée en avril
"La demande s'est nettement améliorée en avril. En éliminant toutes les distorsions, nous progressons à un rythme de 3 à 4%", souligne le directeur général de l'organisation, Giovanni Bisignani. Le le trafic international est désormais 7% au-delà de ses niveaux de début 2008, c'est-à-dire avant la récession, avec de solides taux de remplissage voisins de 77%. Des taux qui eux sont malgré tout légèrement en baisse, pour être précis ils passent de 76,8 à 76,7% en un an, en raison d'une hausse des capacités supérieures à la demande. Les compagnies auraient elles pêché par optimisme ? Le patron de iata reconnait que deux éléments viennent gâcher la fête, les chocs sur la demande et les prix élevés du kérosène.
Dans le fret, l'international est en croissance de 5,4% pour une offre en progression de 12,3%, réduisant le taux de remplissage de 55,3 à 51,9%. Sur le marché domestique, il est en baisse de -9,3% pour des capacités en retrait de -1%, portant le coefficient de remplissage à 28,6%. En ajoutant les deux marchés, le trafic fret a crû de 3,3% pour une hausse de 9,2% des capacités, conduisant à une contraction du coefficient de remplissage de 49,1 à 46,5%.
Les détails des résultats et les perspectives de croissance du transport aérien mondial devraient être précisées la semaine prochaine: IATA tient son assemblée générale annuelle le 6 juin à Singapour.