Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Aéroport de Nice : un agent de sûreté suspendu pour avoir salué en arabe


Un agent de sûreté qui travaille sur l’aéroport de Nice Côte d’Azur a été suspendu mi novembre. Le préfet des Alpes-Maritimes a décidé de lui retirer son habilitation car il salue ses collègues en arabe.



Selon Nice Matin, le préfet a décidé de suspendre l’habilitation à exercer sur la plate-forme niçoise de l’agent de sûreté employé «en raison de son changement de comportement qui s’est traduit notamment par le salut de ses collègues en disant "salam aleykoum" et son refus de parler aux femmes ou de les saluer». Le père de famille, qui se retrouve sans ressource, a saisi le tribunal administratif d'autant que cette décision l’empêche de poursuivre toute activité, car il n’est pas possible de lui proposer un travail en zone non sécurisée de l’aéroport. Dans un premier temps, la justice avait suspendu la décision du préfet le 12 décembre dernier car il n'avait pas indiqué en quoi le salarié de la société de sécurité ICTS chargé de la sûreté de l’installation aéroportuaire «avait défavorablement attiré l'attention, ni ne démontré le caractère urgent de la mesure attaquée». Selon le Parisien, l’agent de sûreté a reçu quelques jours plus tard une seconde suspension où la préfecture lui reproche sa radicalisation religieuse mais également d’avoir fait l'apologie d'actes terroristes. Le tribunal administratif va devoir se prononcer sur cette nouvelle suspension le 21 janvier. Smaïl Jebali, membre du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), défend le plaignant dans les pages du journal parisien «Cela fait trois ans qu'il travaille comme agent de sûreté. Il s'agit d'un employé exemplaire, consciencieux et rigoureux. C'est un musulman pratiquant, mais il ne l'a jamais fait de manière ostentatoire. Il n'a jamais pratiqué de rituels sur son temps de travail».