Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Aéroport de Toulouse : l'actionnaire chinois défend la redistribution des dividendes


Casil Europe – consortium chinois connu auparavant sous le nom Symbiose - détient 49,99% de ses parts de l’aéroport de Toulouse depuis un peu plus d'un an. La holding asiatique fait le bilan de cette première année au sein de l’actionnariat de la piste de la ville Rose et justifie la redistribution des dividendes qui sera à l’ordre du jour d’une Assemblée générale extraordinaire ce mardi.



Casil Europe est présent au sein du capital de l’aéroport de Toulouse depuis un an. Le consortium chinois rappelle le 24 juin par le biais d’un communiqué que la plate-forme a accueilli de nouvelles compagnies aériennes comme Volotea et Ryanair, et a enregistré un renforcement de la présence d'EasyJet. En outre, le Conseil de surveillance de l'aéroport a voté à l'unanimité l'extension et la rénovation des terminaux, l'agrandissement des parkings et du nombre de boutiques et de restaurants, la construction d'un hôtel 4 étoiles, la diversification des infrastructures de l'aéroport, y compris le développement d'espaces de bureaux et des hangars de peinture, projets soutenus par le nouvel actionnaire.

Casil Europe assure que "L'ensemble des investissements prévus pour les 5 prochaines années s'élève ainsi à 162,5 millions d'euros, contre 84 millions d'euros prévus par les actionnaires publics initialement sur la période 2014-2018. Les premiers aménagements seront visibles dès 2018". Ils devraient permettre d’accroitre la capacité d'accueil de l’installation à hauteur de 12 millions de passagers par an (contre 9 millions actuellement). L’entreprise s’est aussi engagée à développer le trafic aérien low-cost vers l'Europe au départ de Toulouse, et les liaisons aériennes long-courrier en particulier vers la Chine et l'Asie. La holding met également en avant le bilan positif de la plate-forme. Elle a affiché en 2015 une hausse du nombre de voyageurs d'environ 2% et un EBITDA/passager de 5.42 euros.

Mais le communiqué de Casil Europe n’a pas uniquement pour but de se féliciter de cette première année d’activité sur le sol toulousain. L’entreprise qui souhaite la redistribution de 17,5 millions d’euros tirés des réserves de l’aéroport, veut convaincre les actionnaires locaux opposés à son projet. Elle assure que "Les bons résultats financiers, le fonds de roulement positif et les réserves permettent de rémunérer les actionnaires dès la première année. La distribution d'un dividende exceptionnel est ainsi prévue en 2016. La faisabilité de cette distribution a été étudiée et validée par KPMG qui a rendu son rapport au début de l’année".

Elle ajoute: "Les investissements pilotés par Casil Europe à Toulouse-Blagnac ont été couronnés de succès grâce à la compétence du Conseil de surveillance et grâce à la gouvernance mise en place via l'accord de concession entre l'actionnaire chinois et l'Etat. Celui-ci a rempli ses devoirs et ses obligations liés aux clauses de l'accord, comprenant le soutien de toutes les initiatives économiquement raisonnables présentées par le Conseil de surveillance". Résultat de cette opération de lobbying mardi, à l'issue de l'Assemblée générale des actionnaires.