Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 16 Novembre 2009

Aéroports de Paris : des résultats loins d'être mauvais



En publiant ses chiffres pour les 9 premiers mois de l’année, Aéroports de Paris fait dans la sobriété malgré un chiffre d'affaires en hausse de 4,8% au 30 septembre. Premier constat, la baisse du trafic aérien explique celle du nombre de passagers ainsi que les différentes chutes de chiffre d’affaires sur des segments comme l’assistance en escale (-4,9%) ou les parcs de stationnement.



Aéroports de Paris : des résultats loins d'être mauvais
Pour ADP, les redevances aéronautiques subissent l’impact de la baisse du trafic. Elles sont cependant soutenues par l'accroissement du nombre de postes de stationnement des avions au contact des aérogares (redevance stationnement en hausse de 14,1 %) et les évolutions tarifaires mises en oeuvre dans le cadre du Contrat de Régulation Economique (+ 3,8 % en moyenne au 1er avril 2008 et + 5,5 % en moyenne au 1er avril 2009).

Les redevances spécialisées sont tirées par les effets année pleine de l'introduction de nouveaux services et des ouvertures de nouvelles capacités. Ainsi, l’assistance des personnes handicapées ou à mobilité réduite, assurée par Aéroports de Paris depuis juillet 2008, se traduit par un chiffre d’affaires additionnel de 18,5 millions d’euros. Les revenus liés aux capacités de tri des bagages et de banques d'enregistrement augmentent de 5,5 millions d'euros du fait de l'ouverture des nouvelles installations. Enfin, les prestations de dégivrage sont en hausse de 4,4 millions d’euros, en raison d’un hiver 2008/2009 rigoureux.

La taxe d’aéroport, dédiée principalement au financement des activités de sûreté, s’élève à 9,5 euros par passager au départ depuis le 1er janvier 2009 (8,75 euros en 2008). Son produit s’élève à 330,7 millions d’euros et inclut 28,8 millions d’euros de produit à recevoir.

Notons que les revenus liés aux activités commerciales (boutiques, bars, restaurants, publicité),
des activités banques et change et des loueurs de voitures sont stables à 185,9 millions d’euros. Au sein de cet ensemble et malgré la baisse du trafic, les boutiques en zone réservée progressent de 3,0 %4 sous l'effet de l’augmentation du chiffre d’affaires par passager. Ce dernier augmente de 8,4 % sur les neuf premiers mois de l’année à 12,0 euros, tiré par le développement de nouvelles surfaces et par un mix trafic favorable (croissance du poids des faisceaux internationaux les plus contributeurs).

Dans le communiqué d'annonce, Pierre Graff, Président-directeur général d'Aéroports de Paris commente ces résulats "Dans un contexte économique difficile, Aéroports de Paris résiste bien avec un chiffre d'affaires en hausse de 4,8 %. Conformément à nos prévisions, celui du troisième trimestre, en hausse de 2,9 %, connait un ralentissement par rapport aux trimestres précédents, l'effet positif de nouveaux services et des ouvertures d'infrastructures s'atténuant. Grâce à la poursuite de nos efforts et au plan d'économie engagé, nous maintenons nos objectifs annoncés pour l’exercice 2009 : le chiffre d’affaires annuel devrait être en légère croissance et l’EBITDA 2009 devrait être du même ordre de grandeur que celui de 2008."

Les chiffres à retenir

  • Le trafic de passagers est en baisse de 5,4 % (à 63,4 millions de passagers) : il baisse de 5,8 % à Paris-Charles de Gaulle (44,1 millions de passagers) et de 4,5 % à Paris-Orly (19,3 millions de passagers). Le trafic du 3ème trimestre baisse de 3,5 %.

  • Le mix trafic évolue favorablement puisque le trafic international hors Europe (39,3 % du total) résiste relativement mieux que l’ensemble du trafic (- 4,0 %). Le trafic est en baisse sur tous les faisceaux (- 6,0 % pour l'Amérique du Nord, - 8,0 % pour l'Amérique Latine, -7,2 % pour l'Asie/Pacifique, - 5,3 % pour le Moyen-Orient), à l’exception de l’Afrique qui croit de 1,3 %.

  • Le trafic avec l'Europe hors France (41,7 % du total) baisse de 6,6 %.

  • Le trafic avec la métropole (19,0 % du total) baisse de 5,5 %.

  • Le taux de correspondance est en hausse de 0,4 point à 24,5 %.

  • Les mouvements d'avions diminuent de 5,6 % à 562 402.

  • Le trafic fret baisse de 13,9% à 1 397 000 tonnes.