Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air Canada prépare ses pilotes aux changements par un mémo


Le patron d’Air Canada demande à ses employés d’être ouverts aux changements au travers d’un mémo qu’est parvenu à se procurer le journal canadien Globe and Mail. En neuf mois d’exercice en 2011 la compagnie a enregistré une perte de 189 millions de dollars. Pour faire face à ses concurrentes low cost, elle voudrait créer une filiale reprennant leur modèle économique mais l’échec de la renégociation du contrat avec les pilotes l’empêche pour le moment d’y parvenir.



Air Canada prépare ses pilotes aux changements par un mémo
Air Canada traverse une zone de turbulence et prépare ses employés à faire des efforts au travers d’un mémo que le journal Globe and Mail a réussi à se procurer. «Même si nous avons enregistré des progrès significatifs en termes de renouvellement de la flotte, l'amélioration des liquidités et du bilan financier, et au chapitre de la structure des coûts, nous devons encore faire évoluer notre culture d'entreprise et nous ne sommes pas aussi compétitifs que nous devons l'être» prévient le président de la de la compagnie, Calin Ravinescu, dans ce document adressé aux salariés. Un appel au changement qui intervient après une année 2011 marquée par des mouvements sociaux à répétition conséquence d'une renégociation des contrats de travail. Le conflit avait mené l’entreprise et les syndicats à l’arbitrage mais n’avait pas satisfait les employés. Épouvantail ou réel risque… la compagnie compare sa situation financière à celle de sa concurrente American Airlines qui vient de déposer le bilan. Sa solution : développer une filiale low cost pour faire face à l’appétit des compagnies à bas prix qui lui grignotent de nombreuses parts de marché. Le président du syndicat Air Canada Pilots Association Paul Strachan a répondu dans le journal canadien que le business plan envisagé n’avait pas de sens et manquait de substance. Les tensions dans l’entreprise ne semblent pas s’être apaisées à la lecture de ce mémo. 2012 pourrait bien emboîter le même pas que 2011 pour Air Canada.