Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France : 49 €, le prix de la low cost


Que pouvait inventer de plus la compagnie nationale face a l'imagination des low cost qui, depuis des années, grappillent aux grands noms du transport aérien des parts de marché sur le court et le moyen-courrier ? Le prix ? Peut-être ! Les 49 € par trajet qu'Air France demandera à ses clients représentent un effort important pour la compagnie même si ce prix ne sera pas forcément le plus bas du marché. En contrepartie, Air France fera payer un maximum de services annexes : du bagage au choix du siège. En revanche le croissant, le café et la presse seront proposés gratuitement aux voyageurs..



Air France : 49 €, le prix de la low cost
En présentant ce lundi 7 janvier son plan, qualifié par la presse de «low cost», Air France souhaite retrouver une large part du trafic domestique et européen au départ de Paris mais également des bases de province. Mais le pari n'est pas simple. La clientèle visée par cette nouvelle offre tarifaire n'est pas forcément la même que celle qui utilise habituellement des low cost pour lesquels seul le prix compte. L'image d'Air France joue peu au moment du choix, et seule les fréquences et la diversité des destinations proposées feront la différence.

D'autant que la compagnie française ne facilite pas la lisibilité de son offre. Ces billets économiques (non modifiables) entrent en concurrence avec les billets «classiques», modifiables et adaptables qui intègrent l'ensemble des services traditionnels d'Air France. Enfin, en n'offrant pas les Miles à l'offre low cost, Air France préserve une partie de sa clientèle affaires pour qui le choix de la compagnie se fait principalement sur cet argument. Enfin, on peut naturellement se demander comment va s'intégrer cette offre dans le PRF qui s'annonce dès le 28 janvier prochain. La multiplicité des tarifs peut entraîner une certaine confusion chez les acheteurs qui, en 2013, continueront sans aucun doute à préférer le Best Buy à toute autre approche tarifaire, fût-elle novatrice.