Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France : «La situation financière d'Air France est loin, très loin d'être rétablie»


Interrogé par La Tribune lors de son séjour à Tokyo pour les 60 ans de la ligne Paris-Tokyo, Alexandre de Juniac - patron d’Air France - s’est confié sur la situation économique et sociale de la compagnie.



Air France : «La situation financière d'Air France est loin, très loin d'être rétablie»
Pour Alexandre de Juniac, «La situation financière d'Air France est loin, très loin d'être rétablie». Il assure ainsi qu’une grève des PNC au premier trimestre 2013, seuls employés à ne pas avoir trouvé d’accord salarial avec la direction et dont la convention actuelle s’achèvera en avril, «serait inefficace et mal venu». Il a confié au site la Tribune qu’il souhaitait néanmoins parvenir à une entente «La seule chose qui n'est pas négociable, c'est le principe d'équité avec les autres catégories de personnels qui se sont déjà engagés à un gain de 20% d'efficacité économique», précise t-il. Il prévient également que si aucun accord est noué d’ici le mois d’avril, «les nouvelles conditions seront plus sévères, notamment les contreparties qui avaient été envisagées dans le projet d'accord ne pourraient être données. La situation de la compagnie exige que tous fassent des efforts ; je suis convaincu que la raison l'emportera».



Un point sur le plan Transform 2015 pour le 2nd semestre 2013
Lors de son entretien avec le journal, Alexandre de Juniac a évoqué aussi l’avancée du plan de restructuration Transform «Au deuxième semestre 2013, nous ferons un point de rendez-vous comme prévu avec les organisations syndicales pour voir s'il y a lieu de lancer une deuxième étape. Mais pour l'heure, nous nous focalisons sur le déroulé de la première phase». Il se dit sûr que le plan de départs volontaires tablant sur 2767 personnes rencontrera le succès. Il est aussi confiant en l’avenir «Même avec une conjoncture molle, notre plan de restructuration doit nous permettre de nous rapprocher de l'équilibre économique en 2013. C'est nécessaire si nous voulons dégager une bonne rentabilité en 2014» a-t-il assuré.