Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 27 Août 2013

Air France, SNCF: les billets à tarif réduit des salariés remis en cause



Aussi bien les salariés de la SNCF que ceux d’Air France pourraient voir disparaître un avantage souvent envié : les billets à tarifs préférentiels. Selon le Parisien du 27 août 2013, les deux entreprises en pleine restructuration auraient entamé des négociations avec les syndicats pour remettre le système à plat. De quoi mettre le feu aux poudres?



Air France, SNCF: les billets à tarif réduit des salariés remis en cause
Air France qui compte annoncer de nouvelles mesures d’économies en septembre, aurait fait part le 26 août 2013 à ses partenaires sociaux de sa volonté de revoir le système de billets préférentiels des salariés. Dans le viseur de la direction : les tarifs R1 qui permettent au personnel de réserver un billet avec un rabais allant jusqu’à environ 30 % du prix public. La compagnie aurait calculé que la suppression de cet avantage permettrait de récupérer 30 millions d’euros sur les billets en les remettant à la vente. Les billets sans réservation - baptisés «GP» - offrant un rabais pouvant aller jusqu’au 85 %, permettent aux salariés de partir uniquement s’il reste de la place dans l’avion au moment du départ. Ce projet risque de devenir une source de conflit avec le personnel. Les salariés et les retraités sont appelés à signer une pétition pour défendre leur avantage «C’est de plus en plus difficile d’avoir un billet GP Air France. La Direction grignote cet avantage alors que, dans le même temps, les salariés font des sacrifices importants dans le cadre du plan d’économies», a confié David Ricatte, responsable de la communication CGT Air France au Parisien. En ces temps de restrictions et de tensions sociales, le voyage gratuit accordé à Carla Bruni en tant qu’épouse d’un ancien président, avait également agacé les salariés.

Un manque à gagner de 140 millions pour la SNCF
La SNCF a vu les faveurs accordées à son personnel et leurs proches remis en cause par la Cour des comptes. L’organisme proposait que la compagnie ferroviaire diminue le nombre de bénéficiaires des billets à prix réduit et accorde ces tickets préférentiels seulement sur certaines plages horaires et lignes. En 2010, elle avait pointé du doigt que plus de 840.000 personnes pouvaient accéder à ces prix alors que l’entreprise ne compte 150 000 salariés. Ainsi, cet avantage coûterait 140 millions d’euros par an à la SNCF. «Si la direction et l’Etat veulent ouvrir le dossier des facilités de circulation, la rentrée risque d’être explosive», prévient Eric Chollet, secrétaire national de la CFDT-Cheminots.

Les autres entreprises aussi
Les entreprises de transport ne sont pas les seules à faire des cadeaux à leurs collaborateurs. Par exemple, les salariés EDF ne payent que 10 à 15 % du prix grand public. Il en est de même pour GDF. PSA offre une ristourne de 15 % sur les voitures à ses employés. Renault se fait plus généreuse avec 17 %. Les banques, comme la BNP et la Société générale, diminuent les frais de gestion des comptes pour ses employés, et leur proposent des taux d’emprunts préférentiels. En période crise, manifestement, ces "avantages acquis" font grincer des dents.



1.Posté par mauricecg le 27/08/2013 19:43
Bonjour en ce qui concerne Air France ,j'espère que le Président ne va pas tout supprimer.
Instaurer un quota annuel de deux ou trois R1 par salarié serait une bonne solution,cela éviterait aux époux et épouses de personnel AF de voyager à un côut faible pour leurs entreprises propres. Quant aux accompagnants ils ont été crée à la base pour les couples non mariés, deux accompagnants par salariés seraient suffisants. Cela éviterait à des cadres AF d'organiser de véritables voyages organisés pour arrondir leur fin de mois.

2.Posté par Garfield le 28/08/2013 10:30
La grande question est: les cadres, les directeurs et autres "CEO", sans compter la galaxie des personnes avantagées par copinage, verront-ils aussi leurs avantages ainsi rognés? Ou, une fois de plus, cette mesure ne concernera que les sans-grades qui sont déjà bloqués dans leur salaire, et ne verront jamais de bonus, retraites chapeau et autres primes que s'autorisent ceux du haut de l'échelle, même en période de crise?

3.Posté par Lautua le 29/08/2013 10:23
"Les avantages acquis qui font grincer des dents" concerneront-ils alors aussi les épouses d'ex-président qui voyagent en 1er jusqu'à New York aux frais de la princesse par exemple ? Nos VIP nationaux, qu'ils soient "ex" ou actuels, seront ils amenés à payer leurs voyages aussi désormais ou bien ces restrictions, comme l'écrit Garfield, "ne concerneront que les sans-grades" ? Que tout le monde fasse des efforts pour aider à la sauvegarde de la compagnie me semble tout à fait légitime dans la mesure où "tout le monde" n'exclut pas certaines catégories déjà privilégiées.

4.Posté par Georges le 29/08/2013 14:12
Comment la SNCF calcule-t-elle un tel "manque à gagner"? Comment peut-on savoir si les familles des cheminots prendraient quand même le train s'il fallait qu'ils payent? On peut penser que dans beaucoup de cas ils feraient comme tout le monde: en voiture! Mon frère cheminot fait souvent un trajet de 250kms le dimanche avec femme et enfants, pour rendre visite aux grand-parents. S'il fallait payer, ce serait 200 euros minimum, avec la carte famille nombreuses. Dans des trains souvent à moitié vides, et pour cause (le manque à gagner, il est là aussi !).

Deuxième commentaire: il y a une différence ENORME entre les avantages accordés aux cheminots, qui ne font qu'occuper des places dans des trains qui roulent de toute façon même sans eux (et qui le plus souvent ne sont pas pleins), et ceux accordés aux personnels de l'EDF, qui consomment de l'électricité qu'il faut produire et donc payer: qui paye? Les autres clients, c'est à dire vous et moi.
Il me paraît aberrant à notre époque d'encourager à la consommation d'énergie. En revanche, encourager à l'utilisation des transports en commun (et les familles de cheminots sont, logiquement, souvent des pionniers en la matière) est plutôt une bonne idée, non?