Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France, "Transform 2015 doit être "adapté"


C'est assez inhabituel pour être souligné, c'est Air France qui a publié un communiqué autour des annonces faites ce 18 septembre au matin face au Comité Central d'Entreprise. Un point d'étape, comme prévu, du plan Transform 2015.Nous publions ci-dessous ce texte qui sera largement commenté dans notre édition du 19 septembre.



Frédéric Gagey, PDG d'Air France
Frédéric Gagey, PDG d'Air France
"Le redressement d’Air France est engagé et Transform 2015 produit ses effets. Au premier semestre, la mise en œuvre des mesures du plan a permis au résultat d’exploitation de s’améliorer de 100 millions d'euros. Cependant, sur l'année 2013, le Groupe Air France n'atteindra pas l'objectif de retour à l’équilibre.

Pour assurer la pérennité de l’entreprise et garantir la poursuite des investissements pour le client, le retour à l’équilibre est impératif en 2014. Ce retour à l’équilibre nécessite le déploiement de tous les plans d’actions prévus et la finalisation de Transform 2015, qui passe par des mesures additionnelles de réduction des coûts et l’accélération du redressement du court et moyen-courrier et du cargo.

Des mesures complémentaires de réduction des coûts dans toute la Compagnie
Le sureffectif estimé pour 2014 s'élève à 2 800 personnes. De nouveaux Plans de Départs Volontaires seront mis en œuvre. Ils feront l'objet d'un dialogue approfondi avec les représentants du personnel et syndicaux à compter du 4 octobre. Par ailleurs, Air France va poursuivre sa politique de modération salariale en 2014 et une meilleure adaptation des coûts de l'entreprise à la saisonnalité de l'activité sera nécessaire.

Accélération du redressement du court et moyen-courrier et du cargo
Concernant l’activité court et moyen-courrier, le Groupe Air France entend maintenir sa forte présence sur le marché français. Il a donc fait le choix de développer l'activité de Transavia France au départ de Paris-Orly, d'ajuster son réseau domestique point-à-point et bases de province, d’augmenter la saisonnalisation de l’offre et d'engager une réorganisation des escales françaises.

• Transavia France, qui exploitera 5 appareils supplémentaires dès la saison été 2014, va développer son offre vers de nouvelles destinations européennes à fort potentiel au départ de Paris-Orly. En parallèle, le réseau point-à-point et bases de province d'Air France sera ajusté à la baisse. En outre, l’ajustement saisonnier du programme appliqué dès 2013 aux bases de province a montré son efficacité et sera accentué en 2014.

• Pour toutes les escales françaises, un changement dans les modes de production est nécessaire pour rapprocher le Groupe Air France des standards du marché, mieux traiter les clients et réduire les coûts de façon pérenne. Cela induira des réorganisations de processus et un plus grand recours à la sous-traitance. Les objectifs, escale par escale, seront précisés au CCE du 4 octobre prochain.

Concernant l'activité cargo, l’apport du fret en soutes reste indispensable à l'économie du long-courrier. Par ailleurs, les capacités cargo des soutes des avions passagers acheminent une part croissante du fret aérien mondial et le marché mondial du fret aérien est durablement en surcapacité. Dans ce contexte, Air France a décidé de recentrer sa flotte tout cargo sur ses deux Boeing 777F. Les Boeing 747 tout cargo quitteront la flotte à l’horizon 2015 parallèlement à la sortie des Boeing 747 de la flotte passage.

Par ailleurs, l’activité magasin de fret de Paris-Orly, qui n’a jamais atteint la taille critique, opère aujourd’hui à des coûts hors marché. Pour cette raison, un projet d’externalisation sera mis en œuvre en 2014.

Un développement ambitieux des secteurs en croissance
La croissance se poursuivra en long-courrier et de nouvelles lignes continueront d’être ouvertes. En parallèle, le renouvellement de la flotte long-courrier sera accéléré, avec la sortie anticipée des Boeing 747 à l’horizon 2015 et l’arrivée des Boeing 787 et Airbus 350, respectivement à horizon 2017 et 2018.

A Paris-Charles de Gaulle, un nouveau plan « Avenir du hub » est mis en place pour développer l’attractivité et la compétitivité de la plate-forme. Il s'appuiera notamment sur le développement des évolutions technologiques au passage, ainsi que sur la dynamique de montée en gamme des produits et services d'Air France.

Dans l'activité engineering et maintenance, Air France poursuivra son développement sur les produits Moteurs et Equipements auprès de ses clients externes. Cette stratégie contribue au redressement d’Air France par une baisse des coûts de maintenance et une contribution positive au résultat d’exploitation.

Frédéric Gagey, président-directeur général d'Air France conclut "Transform 2015 fonctionne et a produit des effets positifs dès 2012. Air France poursuit sa profonde dynamique de transformation en s'appuyant sur le développement commercial sur les marchés à fort potentiel, sur la montée en gamme de ses produits et services et sur la réduction de ses coûts. J'entends, avec l'ensemble des collaborateurs d’Air France, mettre toutes les énergies au service du client et de la réussite du redressement de la Compagnie".






1.Posté par Lilou le 19/09/2013 10:24
Il faudrait peut-être revoir l'attribution des tâches d'un Chef de Cabine Principal afin de répartir la charge de travail dans l'avion et ainsi proposer un service de qualité aux voyageurs.
Une de mes amies m'a expliqué un jour que le Chef de Cabine principal passait tout le temps d'un vol à son bureau (pourquoi un bureau dans un avion ?) alors que le nombre d'hôtesse à diminuer en cabine, je crois que c'est 1 hôtesse pour une centaine de passagers.

2.Posté par Martignoni le 20/09/2013 11:29
Il faudrait surtout que les chef de cabine soient réellement des chefs d'équipes, avec une mission d'animation et d'appréciation de la performance, et non pas des "collègues" qui accompagnent les autres en rotation et remplissent des rapports à longueur de vol sur les sièges cassés ou les prestations manquantes. Qu'il ait un bureau dans ce cas ne me choque pas mais il doit y être le moins longtemps possible (ce n'est pas là qu'il peut observer la qualité de la prestation délivrée en cabine et intervenir éventuellement). On le voit bien, on n'est jamais aussi bien servi que lorsqu'il y a des instructeurs sur un vol..Comme AF ne peut pas se permetrre d'avoir une "armée mexicaine" à bord, il faut redonner au chef de cabine le rôle qu'il aurait toujours dû avoir et qui est le plus souvent le sien chez les autres.