Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France améliore ses résultats au 1er trimestre


Grâce au recul continu des prix du pétrole, le groupe Air France-KLM annonce une diminution de sa perte nette au premier trimestre et confirme ses objectifs pour 2016.



Le groupe AF/KLM a accusé une perte nette de 155 millions d'euros sur la période de janvier à mars, contre une perte de 559 millions d'euros au premier trimestre 2015. Son chiffre d'affaires a progressé de 0,4%, à 5,61 milliards d'euros, soutenu par une hausse du trafic passagers.
Le groupe a dégagé un excédent brut d'exploitation (Ebitda) positif de 266 millions d'euros sur la période, alors qu'il avait accusé un déficit de 26 millions d'euros au premier trimestre 2015. Air-France KLM a affiché une "nette amélioration de ses indicateurs financiers", en dépit d'un "environnement difficile marqué notamment par les attentats de Bruxelles" et une évolution défavorable des taux de change, a souligné le PDG, Alexandre de Juniac, cité dans le communiqué de la compagnie.
L'évolution négative des devises a amputé le résultat d'exploitation de 79 millions d'euros sur la période par rapport à l'an dernier, selon Air France-KLM.
Les coûts d'exploitation ont baissé de 4,9% par rapport à l'année précédente, a indiqué Air France mais ils ont progressé de 2% hors évolution des prix des carburants.
Pour la suite de l'exercice 2016, le groupe de transport aérien a estimé qu'il existait un "niveau élevé d'incertitudes concernant le prix du carburant et les recettes unitaires en raison du contexte géopolitique et du niveau de capacité de l'industrie". Il s'attend également à des effets de change négatifs pour les trimestres à venir.
Air France-KLM a toutefois maintenu ses prévisions d'une génération de cash-flow libre d'exploitation après cessions comprise entre 600 millions d'euros et 1 milliard d'euros et d'une poursuite d'un "désendettement significatif".