Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France condamnée par les Prud’hommes corses


45 salariés saisonniers corses employés depuis des années par Air France poursuivent la compagnie pour se faire intégrer comme CDI après le non renouvellement de leur contrat. Depuis plusieurs semaines, c'est à dire pendant la procédure judiciaire auprès des tribunaux, les 28 « indignés’ d’Ajaccio et 17 de Bastia occupent pacifiquement les aéroports. Air France a été condamnée par les chambres des prud’hommes des deux villes. Mais la compagnie refuse de s’y contraindre invoquant des difficultés financières. La CGT menace de mener des actions en opposition comme le blocage des installations.



Air France condamnée par les Prud’hommes corses
Depuis plusieurs semaines, 45 salariés d’Air-France travaillant depuis plusieurs années en tant que saisonniers CDD se battent avec la compagnie aérienne pour être intégrés en CDI. L’affaire a été menée devant les tribunaux prud’hommaux de Bastia et Ajaccio qui se sont prononcés pour une intégration de ces jeunes salariés dans l’entreprise mais Air France tarde à appliquer la direction. « Aujourd’hui, ces 45 jeunes sont privés d’emploi, leurs CDD ayant expiré. Cette situation n’est pas acceptable. Air France doit faire marche arrière et leur garantir un emploi. Si la direction s’est mise à la faute sur leurs contrats de travail, elle doit en assumer toutes les conséquences, c’est le sens des décisions de justice » affirme la CGT dans un communiqué. Depuis plusieurs semaines, les Indignés d’Air France, « l’Indignati » comme ils sont appelés en Corse, occupent les halls des aéroports de Bastia et Ajaccio jour et nuit pour se faire entendre. Une action soutenue par l’île via une pétition qui a déjà recueilli plus de 20 000 signatures ou encore l’Assemblée Territoriale Corse qui, réunie en séance le 28 octobre 2011, a demandé au transporteur de régulariser la situation des 45 salariés. Les frais de justice seront assumés grâce à des soirées de soutien qui se succèdent à l’initiative des sections CGT EDF, des dockers, des marins, des banques, des hôpitaux, des impôts, avec la participation de plus en plus importante des usagers et de l’ensemble du territoire corse. Condamnée par le tribunal de Bastia à payer 66 000 euros pour les 17 « indignés » bastiais, la compagnie n’a pas commenté la décision. Mais elle avait fait savoir auparavant qu’elle ne pouvait engager du personnel dans le contexte économique actuel. LA CGT a, elle, affirmé que si l’entreprise ne respectait pas ses engagements passés et les décisions de justice, des actions tel que le blocage de l’aéroport pourraient être organisés dans un avenir proche.






1.Posté par Patrice le 28/11/2011 08:51
J'ajoute que ces 45 indignés - le mot étant à la mode - ne sont plus payés par Air France depuis le début de l'affaire, n'ont reçu aucun document pour cette "fin de contrat" ni touché aucune prime ou rémunération. Ni non plus aucun document leur permettant de s'inscrire au chômage.
Enfin, Air France a une astreinte journalière de 6 000 € par jour et par personne.
Attention donc que le trafic avion ne soit fortement perturbé sous peu (on évoque ici, en Corse, des actions au moment des fêtes).

2.Posté par anto2b le 28/11/2011 18:01
Moi ce que je veux ajouter c'est que ce sont pas 66000 pour les 17 mais 66000euros par "indignés".

3.Posté par David le 28/11/2011 18:24
Je trouve incroyable et m'indigne à mon tour au constant préoccupant non pas de la situation de ces "indignati", mais plutôt de leur responsabilités dans l'affaire.

Comment peut-on prendre parti pour des gens, ayant signé en toute connaissance de causes un CDD dont les initiales sont suffisamment explicites (Contrat à Durée Déterminée), et espérant secrètement un CDI qui n'arrivera jamais étant donné l'aspect relativement saisonnier de ce genre de travail?
Je m'indigne à mon tour, messieurs, si Air France n'a pas ou plus besoin de vous, c'est comme cela et pas autrement! On se saurait contraindre dans ce pays un employeur, à salarier des gens dont il n'a plus besoin, et à plus forte raison après ce genre de conflit!
Ce genre de pratique existait dans des gouvernements communistes éffondrés depuis sous le poids de considérations soit-disant sociales.
On n'imagine pas comment ces personnes peuvent adopter une attitude responsable et une conscience professionnelle nécessaire au bon déroulement du service qu' Air France essaye de mettre en place pour ses clients!!
On connaît également le caractère particulièrement béliqueux des syndicalistes en France, et particulièrement en Corse. Ce comportement ne saurait masquer leurs piètres performances et la réalité désastreuse qui en découle, en termes de qualité de services.
J'espère sincèrement qu'Air France ne reconnaîtra jamais la décision de prudhommes bien trop aquis à la cause des non-méritants, et ne réintégrera pas ces gens dans la compagnie.
Ce serait une honte pour le transport aérien français et pour les passagers qui payent encore, et toujours, pour les caprices de quelques personnes très peu concernées par leur métier.

Un passager indigné.

4.Posté par GoAround le 28/11/2011 19:05
Être payé sans bosser je veux bien moi !!!!

5.Posté par Patrick le 30/11/2011 13:13 (depuis mobile)
Il faut arrêter de prendre les entreprises et les usagers en otage. 
Air France a raison dans la majorite des cas de ne pas reconduire  ces saisonniers. 
Chacun était bien informé des conditions de recrutement et de fin de contrat. C\\\'est quand même pas la meilleure façon d\\\'être titularisé dans une entreprise ce que vous faites, les indignés . 
De plus, je trouve complètement scandaleux que certains d\\\'entre vous  qui ont pleuré pour y entrer, soient aujourd\\\'hui les plus vindicatifs.  
Jusque là, je n\\\'ai rien dit publiquement m, mais aujourd\\\'hui, cette greve, touche directement mon entreprise par l\\\'annulation de commande qui auront des répercussion sur nos titulaires. 
Si vous voulez du travail et que vous souhaitez le conserver comme titulaire vous n\\\'avez qu\\\'à élever votre devoir au dessus de vos droits et le prouver surtout par une fidélité et une morale à toute épreuve .... Et pas sur trois mois, sur des années. 
Être titulaire à Air France n\\\'est pas un droit, ni votre droit. Nos enfants veulent bien postuler et pour moins cher, et seront très honorés d\\\'y faire seulement des saisons. 
Ne pensez pas en tous les cas avoir le soutien de la population comme je l\\\'entends ici et là. 
Par contre, bientôt, vous n\\\'aurez plus effectivement que la solution d\\\'être embauché par AF, car plus aucune entreprises ne voudra de vous, au regard de ce que vous êtes capable de lui faire... en cas de désaccord.  
Et que font nos politiques...

6.Posté par Patrice le 30/11/2011 14:09
@Patrick : Ça y est, le mot otage est sorti ! Le choc des mots !!!
Soyez au moins objectif : la juridiction concernée donne tort à AF.
Plus d'un mois à camper sans gêner les usagers, face à l'employeur qui reste muet, il faut malheureusement passer à un niveau supérieur : la grève lancée par des syndicalistes et autres non syndiqués.
Effectivement, Patrick, c'est scandaleux d'en arriver à ça. Mais quelle solution proposez-vous pour que la Cie Air-France obéisse à la Loi ?
Je dois me rendre à Pris la semaine prochaine : très gênant si je ne peux pas y aller mais je me range du côté de ceux qui ne demandent qu'une application d'une décision de justice.