Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France confirme la suppression de 2.900 postes dans un climat sous haute tension


Air France a donc confirmé la suppression de 2.900 postes principalement au sol lors de son Comité Central d'Entreprise ce lundi matin. Mais le CCE a été interrompu au bout d'une heure par des salariés qui ont envahi la salle. Les manifestants ont malmené les dirigeants de la compagnie présents dont le DRH. L'entreprise a décidé de porter plainte pour «violences aggravées». Le dialogue social semble pour le moins difficile dans les prochaines semaines



Alors que le personnel d'Air France manifestait, la direction de la compagnie a présenté son plan alternatif à Perform 2020 lors d'un CCE ce 5 octobre 2015. Ce plan de restructuration prévoit 2.900 suppressions de postes. Dans le détail, il devrait concerner 300 pilotes, 900 PNC et 1.700 personnels au sol.

En outre, le transporteur compte se séparer de 5 avions long-courrier en 2016 et 9 en 2017. Le réseau international sera également revu à la baisse. Air France va réduire ses fréquences sur 22 lignes en 2016. 6 autres liaisons seront réduiees à une "plus forte saisonnalité". Elles "n'existeront que l'été ou l'hiver par exemple", a expliqué une source syndicale à l'AFP. En outre, 5 dessertes en Inde et en Asie du sud-est devraient également être fermées en 2017. Le détail des lignes concernées devrait être connu rapidement.
Par ailleurs la compagnie va accélérer la sortie de sa flotte des Airbus A340 et négocier avec Boeing l'annulation de sa commande d'avions 787.

Le CCE interrompu par des manifestants
Des manifestants se sont introduits dans la salle du CCE pour manifester leur opposition au projet ou encore demander la démission d'Alexandre de Juniac. Le PDG d'Air France Frédéric Gagey aurait alors rapidement quitté la salle selon l'AFP. Le DRH de la compagnie ainsi que le directeur d’Air France à Orly ont été pris à parti et malmenés par certains salariés. L'entreprise a décidé de déposer une plainte pour violences aggravées.

Dans un communiqué, "La direction d'Air France condamne fermement les violences physiques qui se sont déroulées en marge du CCE après qu'il a été interrompu. Ces violences sont le fait d'individus isolés particulièrement violents, alors même que la manifestation des personnels grévistes se déroulait jusqu'alors dans le calme. Une plainte sera déposée pour violences aggravées". Le transporteur ajoute "L'ensemble des salariés d'Air France se sont mobilisés depuis ce week-end pour assurer à ses clients un service normal. La compagnie assure l'ensemble de ses vols".

Les réactions indignées se multiplient
Les organisations syndicales ont pris leurs distances avec les agressions physiques des deux directeurs, Xavier Broseta et Pierre Plissonnier. Le SNPL "condamne les débordements et en appelle à un dialogue social apaisé". La CFTC "condamne ces actes inacceptables avec la plus grande fermeté" et souligne qu’il est "absolument essentiel pour tous les salariés de privilégier le dialogue, pour tenter de vaincre les difficultés de notre entreprise et combattre la violence sous toutes ses formes, qu’elles soient physiques ou verbales". La CFDT, qui condamne également les débordements, souligne que "Ces comportements ne sont ni à la hauteur des enjeux auxquels est confrontée notre Compagnie, ni conformes à l'idée du syndicalisme que porte la CFDT".

Sur la scène politique, la condamnation de ces actes a été unanime. Depuis Tokyo, où il est en visite officielle, le premier ministre Manuel Valls s'est dit "scandalisé par les violences inacceptables auxquelles se sont livrés des manifestants". Il a exprimé tout "son soutien" à la direction d'Air France, soulignanyt que "La situation de l'entreprise est difficile, mais rien ne justifiera jamais de tels débordements".

La FNAM, Fédération Nationale de l’Aviation Marchande, "condamne avec la plus grande fermeté ce comportement qui date d’un autre âge. En cette période particulièrement difficile pour la compagnie Air France et plus généralement pour l’ensemble des compagnies aériennes françaises, la FNAM en appelle au respect d’autrui et apporte son soutien au management de l’entreprise".