Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France dévoile la répartition des emplois supprimés au sol


Conformément au calendrier prévu, Air France a dévoilé la répartition de son plan de départs volontaires au Comité Central d’Entreprise (CCE), ce jeudi 26 juillet 2012. Sur les 5.122 postes supprimés annoncés, 1.712 seront des départs naturels non remplacés et 3.410 représentent des emplois surnuméraires. Avec cette réduction des effectifs, la compagnie espère améliorer de 20 % son efficacité économique d’ici 2014.



ROB FINLAYSON
ROB FINLAYSON
Le personnel au sol est le plus concerné par les suppressions. Le plan de départ volontaire prévoit de toucher au maximum 2767 personnes en équivalent temps plein. L’entreprise propose des départs volontaires de l’entreprise, en accompagnant des projets professionnels et personnels et en aidant des départs anticipés en retraite.
Selon une source syndicale, les agents de passage qui gèrent l’enregistrement et l’embarquement vont voir leurs effectifs fondre de 586 postes, les métiers de la piste perdront 388 personnes. Le plan de départs volontaires sera soumis à la consultation du CCE le 19 septembre 2012. Les mesures d’accompagnement seront alors détaillées, puis communiquées lors d’une campagne d’information aux salariés qui débutera le 1er octobre 2012. Compte tenu des contraintes légales, les premiers départs n’interviendront qu’à partir de fin novembre 2012 et s’échelonneront jusqu’à fin septembre 2013. En plus des départs en retraite anticipés, d’autres aides telles que des aides à la reprise ou création d’entreprise, à la mobilité géographique en cas de reclassement externe sont également envisagées. Des mesures complémentaires - comme un congé spécial sans solde ou des incitations au temps partiel temporaire - devraient également être accessibles.

Les pilotes et les hôtesses
Le projet d'accord pour les pilotes a été ouvert à la signature le 9 juillet dernier, après avoir reçu, le 5 juillet, l'avis favorable du Conseil du SNPL, syndicat représentant plus de 70% des pilotes de la compagnie. «Il fait actuellement l'objet d'un référendum auprès des adhérents du SNPL dont le résultat sera connu à la mi-août», explique Air France dans son communiqué
Mais la compagnie a déjà confirmé qu’elle allait proposer à ses pilotes de rejoindre Transavia contre «une incitation financière» qui, si l’on en croit certaines sources, sera plutôt importante puisqu'elle pourrait atteindre six mois de salaire..
Pour les PNC la donne va être un peu différente puisque les syndicats ont rejeté l’accord proposé. Devant cette situation, le transporteur a confié qu’il se dirigeait «vers une une définition unilatérale des mesures permettant d'atteindre l'objectif de 20% de gain d'efficacité économique» puis il a ajouté «Les contreparties prévues dans l'accord initial, notamment en matière d'emploi et de pouvoir d'achat jusqu'à la fin décembre 2014, ne seront plus assurées».