Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France: faut-il croire au retrait total du projet ?


Alexandre de Juniac aurait accepté l’idée de renoncer aux bases européennes de Transavia: au-delà de la seule pression gouvernementale, pourtant soutien de la direction, le coût de la grève (entre 130 et 150 millions d’euros actuellement) expliquerait le recul du patron du groupe AF/KLM.



Les pilotes n'ont pas accepté la suspension du projet Transavia Europe et c'est clairement sa suppression pure et simple qu'ils visent désormais en annonçant qu'ils sont prêts à faire grève jusqu'au 30 et au delà s'il le faut. Ils sont d'ailleurs et depuis lundi adossés aux autres organisations syndicales qui semblent -plus ou moins- prêtes à prendre le relais s'il le faut.

Cette détermination sans faille a t-elle usé celle de la Direction de la compagnie ? Sur France2 lundi soir et à nouveau sur France Inter mardi matin, Alexandre de Juniac a semblé prêt à renoncer effectivement au projet, en proposant de laisser retomber le soufflé pour reprendre le dossier calmement plus tard avec des négociations syndicales complètes. Quitte à ce que revienne à ce moment là la question du fameux contrat unique des pilotes du groupe.... celui qui a mis le feu aux poudres. De leur côté, les pilotes seraient prêts à étudier dans quelques mois, une fois la crise passée, une possible évolution de la compagnie low cost en France. Une piste de sortie de crise s'esquisse, à quand la fumée blanche ?






1.Posté par Garfield le 25/09/2014 09:04
Alexandre de Juniac ferait mieux de résister aux petits barons des cockpits! Que la direction investisse dans KLM et Transavia Europe plutôt que de gaspiller de précieux fonds dans une compagnie dont une partie du personnel n'a que faire de la clientèle.