Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France: l'affaire de la "chemise déchirée" est reportée en mai


Les salariés d'Air France accusés de violence en réunion après l'épisode de la "chemise déchirée" lors de la manifestation du 5 octobre étaient convoqués au tribunal de Bobigny le 2 décembre 2015. L'affaire a été reportée au 27 mai.



Alors que leurs collègues manifestaient devant le tribunal de Bobigny, les 5 salariés poursuivis pour violence en réunion voient comme annoncé ici leur audience repoussée au 27 mai. Pour justifier sa décision, le juge a évoqué la "complexité de l'affaire". Il a expliqué: "Il m'apparaît que ce dossier a vocation à être jugé en audience collégiale et non avec un juge unique", avec pour objectif "des débats sereins".

L'avocat d'Air France Dominique Mondoloni a réagi en déclarant: "Ce renvoi était attendu".

Parallèlement au procès, des procédures disciplinaires sont en cours à l'encontre des 5 employés. Un licenciement est confirmé tandis que les 4 autres cas sont encore à l'étude. Dix salariés sont également poursuivis pour des "dégradations". Leur audience a elle aussi été reportée. En outre, deux pilotes sont sous le coup d'une procédure disciplinaire car ils ont aidé les manifestants à entrer dans la salle du CCE. Onze autres employés ont été mis à pied pendant 15 jours pour avoir secoué une grille d'accès au siège de la compagnie.