Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France: la dénonciation des conventions collectives ne passe pas auprès des pilotes


Remontés contre la loi qui encadre le droit de grève dans l'aérien, les pilotes d'Air France sont également très en colère contre la décision de leur patron de dénoncer la convention collective en vigueur depuis 1971. Le SNPL vient d'écrire une lettre ouverte à Alexandre de Juniac pour dénoncer "un message catastrophique" aux pilotes de ligne d'Air France.



Air France: la dénonciation des conventions collectives ne passe pas auprès des pilotes
Le texte est long et détaillé, manifestement le SNPL en a gros sur le cœur. Rassuré par les propos du Président de Juniac devant 350 pilotes le 25 janvier, soulignant que « les pilotes de ligne d'Air France méritent leur salaire », ils n'apprécient guère qu'une semaine plus tard le même homme décide de dénoncer tous les accords constituant la rémunération des mêmes pilotes. Ce courrier est donc l'occasion d'évoquer une situation difficile qui n'est pas "véritablement nouvelle" et dont "la principale responsabilité incombe avant tout a l'équipe dirigeante... pourtant toujours en place"; Il dénonce la main mise de l'Etat qui, avec 16 % du capital de la compagnie," continue directement ou indirectement à s'immiscer dans les affaires de notre entreprise" et le SNPL en veut pour preuve, entre autres, " les choix de flotte de la compagnie", la mauvaise qualité de service d'ADP ou encore les obligations de service public qui exigent de la compagnie la desserte des Antilles ou de la Corse "pour un coût exorbitant". Assurant que la SNPL France Alpa a "toujours su assumer ses responsabilités", le syndicat dénonce une DRH qui érige "l'égalitarisme en dogme jusque dans la méthode", une attitude considérée comme "un véritable poison pour l'entreprise car elle fait perdre les vrais sujets de vue". Le syndicat demande à Alexandre de Juniac de "poser sur la table les vrais sujets". Appelant au dialogue social, il affirme que " aucune compagnie majeure dans le monde n'est dirigée durablement de la sorte".






1.Posté par volelavion le 07/02/2012 17:20 (depuis mobile)
Inadmissible la reaction de ses pauvres petits pilotes qui sont payes a prix d'or pour un nombre d'heure faible. Continuez comme ca, meme si vos cotisations au SNPL couvrent vis jours de greve, dans quelque temps le chomage guettera tout le monde...