Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France : le Paris-New York gratuit de Carla Sarkozy ne plait pas aux salariés


Alors qu’Air France envisage de mettre en place un nouveau plan de départs volontaires et de prendre de nouvelles mesures pour revenir dans le vert, l’aller-retour pour New York de Carla Sarkozy aux frais de la compagnie ne passe pas auprès des employés. Le syndicat Sud demande la fin des privilèges accordés aux anciens présidents et leurs proches.



DR Remy Jouan Wikipedia
DR Remy Jouan Wikipedia
Fin juin, Carla Sarkozy a pris un vol Air France pour effectuer un aller-retour pour New York. Mais le syndicat Sud n’est pas touché par cette marque de confiance. Il a révélé que l’ancienne première dame n’a pas payé les 500 euros de son voyage, profitant de l'un des privilèges en nature accordés aux anciens Présidents de la république et leurs proches qui leur accorde des billets gratuits et illimités chez Air France. Ainsi, c’est la compagnie qui s’est acquittée du voyage mais surtout des taxes d'aéroports. A l’heure où l’entreprise demande de nombreuses concessions à ses employés dans le cadre de son plan Transform 2015, ce geste envers la femme de Nicolas Sarkozy passe mal. «Ce n'est pas la question individuelle de Carla Sarkozy, c'est juste que s'il y a des règles, il faudrait qu'elles soient communes, et le fait d'utiliser la compagnie pour ses amis ou les amis de ses amis, c'est crapuleux surtout au moment (...) où on demande aux salariés de subir des reculs sociaux (blocage des salaires et des avancements, suppressions de postes)» et «où nous fait croire que la situation est catastrophique», dénonce Léon Crémieux de Sud aérien à l’AFP. «De hauts dirigeants d'Air France et des amis de ceux-ci continuent à considérer que la compagnie est un peu leur chose privée. Le problème, c'est qu'on n'est plus sous la monarchie», ajoute le représentant syndical.
Interrogée, Air France se montre moins "révolutionnaire" que le syndicat «Il est de tradition que les anciens présidents de la République et leurs familles puissent bénéficier des facilités de transport dans la classe de réservation la plus élevée», a expliqué un porte-parole de la compagnie.






1.Posté par Axeguil le 04/07/2013 07:44
Le problème n'est pas qu'elle ne paie pas, mais qu'au final personne ne paie, sauf AF qui prend les taxes à sa charge. La charge du déplacement devrait être facturée à l'Etat, au VRAI prix. Des entreprises privées n'ont pas à garantir des avantages étatiques sur leurs fonds propres. La formule "plus tu as, moins tu paies", risque quand-même de devenir indigeste à la longue.

2.Posté par noisette le 06/07/2013 21:59 (depuis mobile)
ce n\'est pas la seule.... Mais elle, au moins, c\'est sa femme civilement....et sans parler des anciens dirigeants de la compagnie..

3.Posté par Garfield le 09/07/2013 15:47
Comme d'habitude...

Les donneurs de leçons qui gouvernent et prônent le serrage de ceinture au peuple sont les premiers à profiter à tout va du moindre avantage qu'ils peuvent s'arroger au prétexte d'être une élite!

Ce commentaire s'adresse bien entendu à tous les élus, quel que soit leur parti.