Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France : les bases de Nice, Toulouse et Marseille devraient fermer


Malgré un nouveau démenti d'Air France, la rumeur s'amplifie et comme nous l'annoncions depuis quelques semaines, la fin des bases de province d'Air France semble bel et bien programmée. Noyées dans le projet du plan régional (qui sera présenté le 28 janvier prochain), les bases de Nice, Marseille et Toulouse devraient naturellement disparaitre. Né dans la tête de Pierre Henri Gourgeon et de ses équipes, ce projet est qualifié aujourd'hui en interne de "mal ficelé et peu ou pas pensé".



Air France : les bases de Nice, Toulouse et Marseille devraient fermer
Exit donc la première riposte aux low cost, imaginée par Air France et portée par Bruno Matheu, le directeur général de la compagnie ! Au final, les comptes sont décevants et les réductions de coûts sans intérêt significatif. "On a le sentiment que l'on s'est gargarisé de résultats qui n'existaient pas vraiment", confie un cadre de l'entreprise qui ajoute que "Personne, au sein même du projet, n'a pu justifier aujourd'hui de l'intérêt réel des bases de province". Côté clients, l'offre a été perçue comme une simple augmentation des capacités au départ des villes concernées. Peu ou pas d'atouts marketing. Il n'en fallait pas plus pour que l'idée, sans doute hâtivement construite, ne fasse un flop.

Air France mettra donc un terme à l'aventure mais ne perdra pas de vue sa guerre "contre les low cost". Elle va utiliser d'autres armes, à l'occasion de la réorganisation de tout son dispositif domestique, le fameux PRF (Pôle Regional Français) dont l'intégralité sera dévoilée cette fin janvier. Il devrait permettre la fermeture des bases de province sans que personne ne s'en offusque et surtout pas les syndicats ! .

Pour réussir, la compagnie devrait utiliser tous les moyens de la concurrence y compris la participation financière des régions pour l'ouverture de nouvelles lignes européennes. Un contrat "gagnant gagnant" qui a réussi à Ryanair. Mais Air France veut faire mieux. Pas question de "terrorisme économique". En interne, on évoque la notion de "politique de développement régional basé sur le transport aérien". Un savant mélange de prix attractifs et de partenariats locaux. La compagnie s'engage dans une profonde réforme de sa vision stratégique. Premiers résultats d'ici à la fin de l'année 2013.






1.Posté par mauricecg le 03/01/2013 16:44
Combien d'ept en trop messieurs les controleurs de gestion?