Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France: les réductions de coûts de production à nouveau au programme ?


La direction et le conseil d'administration d'Air France-KLM se réunissent ce mardi pour « discuter des mesures à prendre pour sauver la compagnie aérienne », selon le quotidien populaire néerlandais le Telegraaf qui signale à son tour des dissensions entre Paris et Amsterdam.



Citant des sources "bien informées à Paris", le Telegraaf indique que la direction d'Air France-KLM devra prendre des mesures drastiques pour éviter la faillite et le journal évoque la possibilité de suppressions d’emplois, en particulier aux Pays-Bas. Le quotidien évoque ainsi les propos de Jan van den Brink, membre de la direction du plus grand syndicat du pays, le FNV Bondgenoten, qui s’inquiète clairement : "Nous avons peur que KLM ne soit pénalisé par les Français pour compenser leurs fortes pertes. De nombreux emplois néerlandais sont menacés", selon les propos reproduits par le Telegraaf. Un témoignage qui confirme la défiance néerlandaise après le départ de l’ancien PDG de KLM.

Y aura t-il pour autant des suppressions d'emplois? Dans une déclaration transmise à l'AFP, le groupe a démenti en affirmant que «Les mesures citées sont purement spéculatives». Tout en précisant que le plan Perform 2020 «inclut une poursuite nécessaire des efforts de restructuration et de réduction des coûts», ce qui n'est pas forcément rassurant pour les néerlandais. Chacun sait la pression qu’exercent les low costs sur le groupe – comme sur les autres compagnies traditionnelles – et la nécessité de réduire les coûts de production pour y faire face.
Demain mercredi, le groupe doit publier ses résultats trimestriels et il sera sans doute à nouveau question des traces léissées par la grève sur les finances. Même si un accord pour le développement de Transavia a depuis été trouvé, la Bourse s'inquiète. Le titre Air France-KLM, chahuté toute la journée de lundi, a perdu plus de 3% à la cloture, et les analystes des Echos signalent que "Les perspectives à court et moyen terme sont trop incertaines pour prendre position".