Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France n’a pas de Plan B


Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, Alexandre de Juniac patron d’Air France assure que la grève de la filiale Régional et celle d’une organisation minoritaire au sein de sa compagnie, le SPAF (Syndicat des Pilotes d’Air France) - programmée 25 au 29 juillet 2012 – ne contrarieront pas la mise en place du plan Transform 2015.



Air France n’a pas de Plan B
Du 20 au 23 juillet 2012, Regional a fait grève pour indiquer son opposition au plan de restructuration décidé par Air France conduisant à l’annulation d’un tiers des vols de son programme pendant 4 jours. Le SPAF, organisation syndicale d’Air France, compte faire de même le week-end prochain. Pour Alexandre de Juniac, ces mouvements sociaux qui perturbent ou vont perturber le trafic aérien n’empêcheront pas la restructuration en cours du groupe. «Il n’y a pas de plan B, nous déroulons notre plan de transformation comme prévu», prévient le patron d’Air France au Journal du Dimanche. Mais il est confiant, les accords devraient être validés. «Compte tenu de la faible représentativité et de l’absence du Spaf à la table des négociations, je ne vois pas comment son mouvement pourrait influer sur le référendum», a-t-il confié. Et un bon point pour le projet : l’organisation majoritaire SNPL qui représente 70 % des navigants a donné un avis favorable à l’accord. Ils «doivent se prononcer dans les prochaines semaines», a-t-il expliqué. Pour les autres professions du groupe, les négociations sont également bien avancées «Pour les personnels au sol, catégorie la plus nombreuse, leurs représentants ont d’ores et déjà signé leur accord. Enfin, les hôtesses et stewards, dont les représentants sont plus divisés, votent en ce moment», ajoute-t-il.
Et si malgré ses estimations, les accords ne sont pas approuvés par les salariés, il prévient qu’Air France appliquera «un texte de façon unilatérale comme le droit nous y autorise. Mais les contreparties en matière de rémunération et d’emploi ne pourraient être aussi favorables».