Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France ne reviendra pas dans le vert avant 2015


Si le groupe Air France KLM a affiché très récemment des résultats légèrement positifs, ce n'est pas le cas de la partie française du groupe. Et l'ensemble composé de la compagnie elle même, sa filiale régionale Hop!, la low cost Transavia France, l’activité de maintenance Air France Industrie et la filiale de catering Servair ne reviendra pas dans le vert avant 2015.



Comme toujours, ce sont des résultats groupe qui ont été publiés par Air France KLM et Alexandre de Juniac le 20 février mais Les Echos se sont procurés les informations concernant la seule partie française du dossier. Et le résultat est une perte sèche, moins importante cependant que les années précédentes, à 174 millions d’euros, contre 425 millions en 2012 et 559 millions en 2011.

"i l’activité passagers d’Air France a ramené sa perte d’exploitation de 392 millions d’euros en 2012 à 179 millions en 2013, grâce à un réduction de 2 % du coût unitaire, le réseau court-courrier point à point (hors desserte du hub de Roissy-CDG) reste très lourdement déficitaire, avec des pertes représentant 16 % de son chiffre d’affaires, contre 20 % en 2012", expliquent les Echos qui soulignent que la branche cargo se redresse moins bien que le reste de l'activité, avec une perte d’exploitation de 134 millions d’euros, contre 152 millions l'année précédente. Amélioration également mais pertes toujours pour la filiale low cost Transavia France, de 4 millions d’euros, contre 12 millions en 2012. Seule l’activité maintenance continue de délivrer de substantiels bénéfices, en hausse de 13 millions, à 120 millions. Servair progresse également fortement, avec un résultat d’exploitation de 24 millions.

Air France a également réduit sa dette nette (2,942 milliards d'euros) de 402 millions, contre 618 millions à l’échelle du groupe et de ses 5,3 milliards de dettes. "Le plus gros de l’effet des mesures d’économies devrait se faire sentir en 2014, avec les mesures additionnelles comme le plan de départs volontaires pour les personnels au sol (1.400 postes) et celui à venir pour les navigants commerciaux", remarquent Les Echos. Le groupe Air France espère revenir à un résultat d’exploitation à l’équilibre sur l’exercice 2014, "après avoir cumulé plus de 2,3 milliards de pertes depuis 2009".