Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France placera bien des ATR 72-500 sur Bâle-Mulhouse


Air France vient de confirmer ce que craignait le député-maire de la ville alsacienne d'Altkirch, Jean-Luc Reitzer. Lors du lancement du programme d’été, la compagnie remplacera les avions effectuant actuellement la liaison entre l’EuroAirport et les deux aéroports parisiens par des ATR 72-500. Mais elle assure que ce changement ne signifie pas son désengagement de la plate-forme de Bâle-Mulhouse.



Air France placera bien des ATR 72-500 sur Bâle-Mulhouse
A partir du 31 mars 2013, les voyageurs d’affaires monteront dans des avions à hélices, des ATR72-500, pour faire la liaison entre l’aéroport de Bâle-Mulhouse et Paris-Orly ou Paris-Charles-de-Gaulle avec Air France. «Nous ne nous désengageons nullement de Bâle-Mulhouse», assure Thierry de Bailleul, directeur régional de la compagnie au journal L’Alsace. «Nous maintenons les cinq vols quotidiens vers Orly et les quatre vols par jour vers CDG, en préservant l’accessibilité des clients de la région à notre réseau de correspondances avec un service de qualité», ajoute-t-il. Néanmoins, le déploiement de ces avions appartenant à sa filiale Air Linair représente une perte de capacité : 68 places contre 76 à 100 sièges actuellement. De plus, le trajet prendra dix minutes supplémentaires, soit 1 h 20 au lieu de 1 h 10. Le directeur régional justifie cette décision en rappelant que «La ligne Paris-Mulhouse est fortement déficitaire. Air France doit faire des économies et investir sur les long-courriers pour survivre face à la concurrence mondiale».






1.Posté par mastercar2a le 25/03/2013 14:37
Où est le souci?

Module plus petit certes, mais entre un E-Jet de 76 places et un ATR de 68, je choisis l'ATR. Consommation bien moindre (c'est bon pour l'environnement!), pour un temps de parcours à peine rallongé! Faudrait faire ça sur beaucoup plus de lignes intérieures. Le turboprop est l'avenir de la desserte régionale en France, les modules Jet à moins de 100 places sont une hérésie pour le marché domestique français. Par contre, ils ont leur place pour des liaisons européennes ciblées où un A320/B737 serait trop gros.