Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 9 Novembre 2011

Air France renonce à un bénéfice pour 2011



Le chiffre d'affaires augmente et les coûts d'exploitation baissent mais la facture pétrolière ronge les économies réalisées: tel est le message d'Air France à l'occasion de la publication des résultats de son 3ème trimestre 201. La compagnie anticipe une perte d'exploitation au dernier trimestre et, en conséquence, pour son année civile 2011. Un nouveau plan de rigueur est attendu.



Air France renonce à un bénéfice pour 2011
Malgré une hausse du chiffre d'affaires, les bénéfices chutent et ce recul s'accélère. Pour le 3ème trimestre 2011, Air France KLM enregistre une hausse de 2,1 % de son chiffre d'affaires, à 6,7 milliards d'euros, avec un bénéfice opérationnel de 397 ME. Une apparente bonne nouvelle mais le résultat d'exploitation est en réalité repli de 31,1 % sur le trimestre et en repli nettement plus important, de 43,2 % sur le semestre au 30 septembre (résultat de 252 millions d’euros contre 444 millions d’euros au 30 septembre 2010) . Les analystes attendaient, en fonction des résultats fournis jusqu'ici par le groupe, un bénéfice net trimestriel de 291 Millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 6,97 Milliards d'euros.

Dans le détail, les principales variations des charges d’exploitation sont dues au carburant et aux couvertures de change. Le carburant a augmenté de 14,2%, soit un montant de 214 millions d’euros, sous les effets combinés d’une augmentation des volumes de 4%, d’un effet de change favorable de 12% et d’une hausse du prix du carburant après couverture de 24%. Les couvertures de change sont passées d’un profit de 52 millions au 30 septembre 2010 à une perte de 5 millions d’euros. Les charges de personnel progressent de 2,0% à 1,86 milliard d’euros. L’impact négatif des crises est estimé à 45 millions d’euros.

Le groupe annonce que "Les conditions économiques actuelles ont un impact sur les échanges mondiaux et sur la confiance des entreprises entrainant une volatilité tant dans le trafic que dans les recettes. Le groupe a donc pris la décision dès juillet dernier de ramener la croissance de ses capacités long-courriers de 5% à 3% à l’hiver 2011. A cet environnement difficile s’ajoutent la volatilité des monnaies et un prix élevé du pétrole. Dans ces conditions, le groupe anticipe un résultat d’exploitation négatif pour le trimestre octobre-décembre 2011 et en conséquence pour l’année civile 2011 (il est rappelé que l’exercice fiscal en cours couvre neuf mois -avril à décembre- et dégagera un résultat d’exploitation positif).

Pour Jean-Cyril Spinetta, Président du Conseil d'administration : «En dépit des nombreuses actions engagées depuis trois ans, l’insuffisance de nos résultats ces derniers trimestres, dans un environnement économique marqué par la faiblesse de la croissance mondiale et le prix élevé du pétrole, montre que nous devons aller plus loin. Dans ce contexte, trois priorités s’imposent au nouveau management. La première est la restauration de la compétitivité du groupe, ce qui implique une réduction complémentaire des coûts. La deuxième est la restructuration de notre activité court et moyen courrier. La troisième est la réduction rapide de notre endettement. Un plan de mise en œuvre de ces priorités sera présenté dans le courant du premier trimestre 2012. Je suis confiant dans la réponse qu’Air France et que KLM sauront apporter à ces nouveaux enjeux.»