Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 6 Juin 2012

Air France repense ses lignes régionales



On commence en savoir un peu plus sur le futur pôle régional d'Air France. Selon le quotidien les Échos, Lionel Guérin - actuel patron d'Airlinair - devrait avoir pour mission, dans un premier temps, de proposer un plan cohérent de regroupement des différentes filiales aériennes que sont Regional, Britair ou Airlinair. Selon le quotidien, Lionel Guérin devrait apporter les 60 % qu'il détient dans Airlinair en échange d'une participation minoritaire dans le capital de la nouvelle entreprise ainsi créée.



Lionel Guérin, le patron d'Airlinair
Lionel Guérin, le patron d'Airlinair
En regroupant Brit Air, Regional et Airlinair, Air France vise principalement le marché des entreprises, tant sur des liaisons vers la capitale que pour les dessertes régionales de point à point. Mais la concurrence avec le train, exacerbée par la mise en place de nouvelles lignes à grande vitesse ou le développement des hubs de British ou de Lufthansa, rendent le projet compliqué. Les bases de province d'Air France, la diminution globale du nombre de vols des compagnies régionales et l'abandon de certaines lignes au profit des low cost rendent la mission de Lionel Guérin compliqué. Et les Echos de rappeler qu'Airlinair a été en déficit en 2011, 363 000 € contre 600 000 € de bénéfices l'année précédente. Pour les syndicats, ce regroupement s'apparente naturellement comme "un sauvetage d'Airlinair par Air France". Une conclusion hâtive au regard de ce qu'a été l'année 2011 dans le transport aérien et des résultats financiers habituellement obtenus par Airlinair. Ce qui est certain, c'est que la voilure régionale va être revue à la baisse tant en appareils qu'en lignes desservies. Là aussi la grogne commence à apparaître chez le personnel qui menace la direction d'Air France d'une grève dure si rien n'est fait pour réintégrer le personnel. Jean Louis Baroux, notre spécialiste aérien, n'a jamais caché qu'il y aurait de la difficulté à recréer un semblant d'Air Inter dans un univers aérien totalement bouleversé. Air France a sans doute compris que le transport aérien régional risque d'être un boulet à trainer. Quelques années plus tôt, BA l'a compris en limitant au maximum ses mouvements en Grande Bretagne.



1.Posté par Pierre le 06/06/2012 12:11
A l'évidence cela sent l'impréparation. Que veut air France sur le domestique ? Quels sont les marchés à couvrir et pour faire quoi ? Le pré acheminement marche assez bien aujourd'hui et les transversales (trop chères) ne sont prises qu'en cas de besoins extrêmes. C'est toute la stratégie qui est à revoir. Le reste (les routes, le nom...) viendra après. Pas de charrues avant les bœufs. J'ai un exemple concret dans mon entreprise, à Toulouse, nous partons vers le hub d'une compagnie étrangère. Plus lisible, plus simple à vivre... L'offre de la navette est pas mauvaise, mais trop chère et souvent mal adaptée à nos besoins!
Pierre