Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France: un accord pour le développement de Transavia France


Les tensions entre les pilotes et la direction d'Air France au sujet de Transavia France pourraient bientôt être de l'histoire ancienne. La compagnie et les syndicats représentatifs de navigants ont annoncé le 16 octobre 2014 avoir finalisé un projet d'accord sur le développement de la low-cost.



Le communiqué d'Air France précise que le texte sera présenté ce vendredi 17 octobre au Conseil du SNPL Air France ALPA et «sera ensuite soumis à référendum en vue d'une signature à la mi-novembre». Le SNPL Transavia a également participé aux discussions.

L'accord prévoit que la flotte de Boeing 737 de Transavia France se développe au-delà de la limite actuelle de 14 avions. Selon le document, la low-cost pourra ainsi intégrer les 7 nouveaux avions prévu en 2015 ainsi que 5 autres chaque année suivante. Les pilotes affectés à Transavia France seront employés aux conditions d'exploitation et de rémunération de cette compagnie. Par ailleurs, les navigants d'Air France affectés à la low-cost disposeront de deux contrats de travail coexistants (Transavia France et Air France). «Ce dispositif permettra un développement de carrière dynamique et intégré, comprenant notamment une liste de séniorité commune, ce qui répond à une forte attente des pilotes», assure le communiqué d'Air France. Le texte ajoute que «toute évolution future des conditions de travail et de rémunération de Transavia France devra recueillir l'accord du SNPL Air France ALPA et du SNPL Transavia».

Air France estime que «cette solution équilibrée, fruit d'un dialogue social responsable et apaisé, permettra le développement rapide de Transavia France et une plus forte création de valeur au bénéfice de ses clients et de ses personnels». Vu l'apparente facilité avec laquelle cet accord semble avoir été passé, de nombreux voyageurs d'affaires doivent se dire "tout ça pour ça", non ?