Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France, un plan pour re-gagner des clients


«Peut-on croire qu’Air France est sortie de la crise alors que le dialogue social est fragile voire inexistant ?» questionne un pilote à la lecture de l’offensive médiatique lancée par la compagnie nationale qui souligne: «Aujourd’hui, la marmite est toujours à deux doigts de déborder».



Le Figaro ou le Monde se sont répandus en « plans » et autres « avantages » que veut mettre en place la compagnie française pour retrouver ses clients. Selon nos confrères, le plan ASAP (After Strike Action Plan) est un mélange savant de contacts clients, d’avantages (franchise bagage, surclassement ou accès au salon…), le tout sur fond d’une campagne de publicité estimée à 3 millions d’euros.
Dans le monde du voyage d’affaires, la crise est plus profonde et pas sûr que les miles seront suffisants pour calmer les acheteurs qui, eux, n’en bénéficient pas. «Nous avons galéré pour rapatrier des voyageurs bloqués un peu partout dans le monde» explique l’acheteur d’un partenaire automobile français. «Certes, Air France nous a assisté mais dans la majeure partie des dossiers, nous avons géré la dépense et les surcoûts occasionnés. ». Et de fait, la paix sociale obtenue par les miles ne sera pas suffisante pour faire passer la pilule. Selon le Monde, Air France a même délégué ses cadres supérieurs pour aller assumer le conflit dans les grands comptes. Et le quotidien de citer le cas de Patrick Alexandre, directeur général commercial d’Air France-KLM, qui "a démarré une tournée pour présenter les excuses de la compagnie dans les régions les plus impactées par la grève", explique le journal.

Au sein de la compagnie, le chiffre de la baisse des réservations reste faible « - 2 à 3% », selon l'estimation officielle. Le double selon les syndicats au sol, présents au sein des structures commerciales. Et les syndicats de préciser «Nous ne ressentons pas de frémissement commercial». Prochaine réponse dans 3 mois, le délai que s'est donné AF pour re-séduire ses clients.