Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France, un référé pour rien…


La procédure était brutale, le résultat est décevant ! Le référé engagé par Air France contre les pilotes pour le non-respect des objectifs du plan Transform 2015, aura finalement débouché sur une vision juridique qui ne satisfait aucune des deux parties. En se déclarant incompétent, le juge renvoie pilotes et compagnie dos à dos.



La procédure en référé engagée par AF visait à autoriser le recours à l'arbitrage du Président d'Air France, afin de permettre la mise en œuvre des mesures prévues dans l'accord Transform 2015 pour les pilotes. Une vision considérée comme une déclaration de guerre par le Syndicat National des Pilotes de Ligne. Au final, le Tribunal a estimé que la clause portant sur l'arbitrage du Président ainsi que son interprétation ne relevait pas des pouvoirs du juge des référés mais du juge du fond qui "a seul vocation à trancher la question soulevée". 

Si, sur la forme, personne ne peut se dire vainqueur aujourd’hui, le communiqué publié par Air France à l’issue du prononcé de la décision judiciaire fait le grand écart. D’un côté la compagnie assure qu’elle poursuivra la procédure sur le fond mais ajoute qu’il est nécessaire pour elle d’avancer rapidement par la voie du dialogue social. Des propos qui font bondir le SNPL qui affirme, que depuis le lancement de Transform 2015, les négociations engagées n’ont jamais permis de faire avancer le dossier. Les "attentes et demandes d’explications du personnel" seraient restées lettre morte selon plusieurs sources syndicales. De fait, le SNPL conteste les chiffres fournis par Air France et s’oppose à l’analyse faite par Alexandre de Juniac sur les résultats du plan d’économie Transform 2015.

Au sein de l’entreprise, où l’on s’attend à des décisions économiques difficiles d’ici à la fin de cette année, cette procédure n’aurait été engagée que pour montrer la détermination de la Présidence à mettre en œuvre une réforme ambitieuse qui devrait passer par des suppressions d’emplois, une diminution des capacités et un resserrement de la flotte. Une sorte de préparation de l’opinion publique a des temps difficiles. Et pour la direction, le premier obstacle au changement… c’est le SNPL.

Un programme musclé d’économies devrait être annoncé dès le mois d’août prochain et les détails précis des plans à venir ne seront pas connus avant la fin 2015. De quoi inquiéter un peu plus les salariés.