Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France : une perte de 809 millions d'euros


Malgré un chiffre d’affaires en hausse de 4,5% à 24,36 milliards d’euros, le groupe Air France-KLM annonce un résultat d’exploitation en perte de 353 millions d’euros et un résultat net de -809 millions à l'occasion de la publication de ses comptes ce jeudi 8 mars 2012. Des comptes qui, exceptionnellement, se limitent à neuf mois pour recaler l'exercice sur l'année calendaire.



Air France : une perte de 809 millions d'euros
Le Conseil d'administration de la société Air France-KLM s'est réuni le 7 mars 2012 sous la présidence de Jean-Cyril Spinetta pour arrêter les comptes annuels de l’exercice 2011, annoncé ce jeudi 8. Il a pris la décision de ne pas verser de dividende et pour cause : le groupe est nettement dans le rouge. Le commentaire du Président du groupe : « L’année 2011 a été difficile pour le groupe en raison d’une conjoncture incertaine combinée à une forte augmentation du prix du pétrole. Par ailleurs, les économies de certains pays dans lesquels nous sommes très présents commercialement ont été touchées par différentes crises dont les conséquences se font encore sentir. Cette situation rend encore plus nécessaire la réussite du plan de transformation présenté le 11 janvier dernier. L’ensemble des chantiers annoncés a d’ores et déjà été lancé et les mesures immédiates, notamment le gel des salaires pour 2012 et 2013, sont pour l’essentiel déjà mises en œuvre. Notre objectif est une réduction de l’ordre de 10% des coûts unitaires hors carburant. La direction générale du groupe Air France-KLM tout comme celles d’Air France et de KLM ainsi que leurs équipes sont mobilisées pour la réussite du plan qui permettra à notre groupe de rester un acteur majeur du transport aérien.»

Les chiffres clés

• Chiffre d’affaires en hausse de 4,5% à 24,36 milliards d’euros
• Résultat d’exploitation en perte de 353 millions d’euros
• Résultat net de -809 millions d’euros

Exercice sur neuf mois (avril - décembre 2011)
• Chiffre d’affaires en hausse de 4,1% à 19,04 milliards d’euros
• Résultat d’exploitation positif de 50 millions d’euros

Les objectifs du plan à trois ans lancé
• Réduction de l’endettement net de deux milliards d’euros à fin 2014
• Forte amélioration de la productivité de l’ensemble du groupe
• Retour à l’équilibre de l’activité moyen-courrier à fin 2014

Le dernier trimestre 2011 : Des volumes satisfaisants mais faiblesse de la recette unitaire

L’activité passage a enregistré une hausse du trafic de 6,6% pour des capacités en augmentation de 6 %. Ces variations bénéficient d’un effet de base favorable (grèves et intempéries en 2010) mais également du lancement de la base de Marseille en octobre dernier et de la reprise des capacités de Martinair par KLM depuis novembre ; le coefficient d’occupation s’est établi à 81,8% (+0,4 point). La recette unitaire au siège kilomètre offert (RSKO) est en baisse de 2,6% après un effet de change défavorable de 0,5%. Le chiffre d’affaires passage progresse de 3,2% à 4,68 milliards d’euros. Après une facture pétrolière en augmentation de 252 millions d’euros, le résultat d’exploitation s’établit à -224 millions d’euros (+12 millions d’euros au 31 décembre 2010).

Depuis le milieu de l’année 2011, le cargo enregistre un ralentissement au niveau mondial. Cela s’est traduit pour cette activité du groupe par une baisse du trafic de 4,7% pour des capacités en diminution de 0,5% ; le recul du coefficient de remplissage s’élève à 2,9 points à 67,5%. Le « yield » (RTKT) a été préservé mais du fait de la baisse du coefficient de remplissage, la recette à la tonne kilomètre offerte (RTKO) est en baisse de 3,8%. Le chiffre d’affaires s’élève à 802 millions d’euros (830 millions d’euros un an plus tôt) et le résultat d’exploitation est à l’équilibre (+60 millions d’euros au 31 décembre 2010).

L’activité maintenance a dégagé un résultat d’exploitation de 43 millions d’euros (36 millions d’euros au 31 décembre 2010) pour un chiffre d’affaires tiers de 273 millions d’euros (+3,4%). Les autres activités dont l’activité loisirs et l’activité catering ont réalisé un chiffre d’affaires de 269 millions d’euros (-6,3%) et un résultat d’exploitation négatif de 21 millions d’euros (-27 millions d’euros au 31 décembre 2010). Au total, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 6,03 milliards d’euros (+1,8%) au trimestre octobre/décembre 2011.

Une baisse du coût unitaire hors carburant

Les charges d’exploitation progressent de 6,7% et de 2,7% hors carburant. Mesuré à l’équivalent siège kilomètre offert (ESKO), le coût unitaire augmente de 3,0% mais il baisse de 1,7% à prix du carburant et change constants pour une production en ESKO en hausse de 3,5%. La principale variation des charges d’exploitation est due à la facture carburant qui augmente de 273 millions
d’euros pour atteindre 1,62 milliard d’euros (+20,1%) sous les effets combinés d’une augmentation des volumes de 2%, d’un effet de change défavorable de 4% et d’une hausse du prix du carburant après couverture de 13%. Les charges de personnel sont en légère augmentation à 1,87 milliard d’euros (+1,4%).
Le résultat d'exploitation est négatif de 202 millions d’euros (+81 millions d’euros au 31 décembre 2010). Le résultat d’exploitation ajusté est négatif de 127 millions d’euros donnant une marge opérationnelle ajustée négative de 2,1%.
Le coût de l'endettement financier net s’élève à 98 millions d’euros (91 millions au 31 décembre 2010). Le poste « autres produits et charges financiers » présente un solde positif de 50 millions d’euros (-73 millions d’euros un an plus tôt) dont une variation positive de la valeur des instruments de couverture de 76 millions d’euros.

Le résultat net part du groupe s’établit à -259 millions d’euros (-46 millions d’euros au 31 décembre 2010).
Le résultat net retraité des éléments non récurrents est négatif de 309 millions d’euros contre un montant négatif de 32 millions d’euros un an plus tôt. Par action, le résultat net, comme le résultat net dilué, est négatif de 0,88 euro (-0,16 euro au trimestre octobre-décembre 2010).

Exercice au 31 décembre 2011 (12 mois pro forma)

Conformément aux prévisions communiquées en novembre 2011, le résultat d’exploitation sur la période de neuf mois est positif mais son niveau (50 millions d’euros) ne permet pas d’absorber les pertes réalisées au trimestre janvier-mars 2011.
L’activité passage a enregistré une hausse de 6,9% du trafic et de 6,6% des capacités, hausses en partie dues à des effets de base favorables dont la fermeture du ciel européen en avril 2010. Le coefficient d’occupation gagne ainsi 0,3 point à 82,0%. Dans l’activité cargo, le trafic a baissé de 1,2% pour une augmentation de 2,4% des capacités, amenant un recul du coefficient de remplissage de 2,4 points à 66,4%.
Dans ces deux activités, les recettes unitaires sont en baisse ou stables (-1,2% au SKO et +0,1% à la TKO) et leur niveau est insuffisant pour absorber la très forte hausse de la facture carburant.
Le chiffre d’affaires total s’élève à 24,36 milliards d’euros (+4,5%). Les charges d’exploitation augmentent de 6,2% à 24,72 milliards d’euros ; cette augmentation est limitée à 3,0% hors carburant. Pour une production mesurée en ESKO en hausse de 5,1%, le coût unitaire à l’ESKO progresse de 1,2% mais diminue de 2,2% à prix du carburant et change constants grâce aux 546 millions d’euros d’économies réalisées dans le cadre du plan Challenge 12.
Le plan d’économies Challenge 12, lancé en avril 2007, est arrivé à son terme. Au total, le groupe a réalisé 2,9 milliards d’euros d’économies qui ont permis :
- de limiter l’augmentation mécanique des coûts liée à la croissance de l’activité, l’inflation et les hausses de prix négociées ou imposées,
- de réaliser une réduction effective de 5% du coût unitaire hors carburant mesuré à l’équivalent siège kilomètre offert.

Le résultat d’exploitation est en perte de 353 millions d’euros après une augmentation de 904 millions de la facture carburant (+28 millions au 31 décembre 2010). Le résultat d’exploitation ajusté est négatif de 65 millions d’euros (+302 millions au 31 décembre 2010) et la marge opérationnelle ajustée est de -0,3%.

Le résultat net part du groupe est négatif de 809 millions d’euros (+289 millions d’euros au 31 décembre 2010 après 1,03 milliard d’euros de plus-value sur Amadeus et un montant de provisions de 255 millions d’euros). Le résultat net retraité des éléments non récurrents est négatif de 709 millions d’euros (-405 millions d’euros un an plus tôt). Par action, le résultat net et le résultat dilué est de -2,73 euros (0,98 et 0,89 euro respectivement au 31 décembre 2010).






1.Posté par Veronique le 08/03/2012 08:13
Pour du rouge, c'est du rouge... Il y a bien sûr le pétrole, mais chez les autres aussi. Il va bien falloir trouver des explications ...

2.Posté par mauricecg le 08/03/2012 10:21
Bonjour Veronique
Personnellement je pense que les syndicats ont trop d'emprise dans cette entreprise et coincent le rouage an faisant miroiter des alouettes au personnel.
Face à une ancienne direction qui pronait le pas de vagues,du velours pour eux.
De plus les aides diverses aux compagnies low cost étrangères sont un véritable scandale: aides des cci des régions et de l'Europe....