Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 9 Septembre 2010

AirAsia X veut conquérir Paris Orly



Révélée par le quotidien économique La Tribune, l’arrivée de la low cost AirAsia X pourrait faire de l’ombre aux compagnies régulières qui volent vers l’Asie. La compagnie malaisienne créée en 2007, détenue à 20 % par Richard Branson, veut mettre en place des vols, au départ de paris, vers Kuala Lumpur à des tarifs défiants toute concurrence.



AirAsia X veut conquérir Paris Orly
Pour réussir ce tour de Force, AirAsia X (la filiale long-courrier de la compagnie à bas-coûts malaisienne AirAsiaAirAsia veut exploiter les créneaux qu’elle a obtenus à Orly. Des slots qui lui permettraient de proposer deux vols hebdomadaires entre Paris et Kuala. Quatre à terme. La date d’exploitation est annoncée par La Tribune : début 2011. Si cette annonce est confirmée, ce sera la première fois qu'une compagnie à bas coûts tente de faire du long courrier vers l'Asie en France, marchant ainsi un peu plus sur les plate-bandes des compagnies dites "régulières". Officiellement, Air France ne commente pas. En interne, on n’apprécie pas beaucoup la venue d’une low cost sur des lignes à forte rentabilité. De là à parier sur une riposte tarifaire ?

Pour notre correspondant en Malaisie, le lancement de cette future nouvelle ligne n’a rien de surprenant. car la compagnie Air Asia X veut faire de Kuala un hub vers l’ensemble des grandes destinations asiatiques et européennes, le tout en low cost. A voir. Ce n’est pas la première fois, en soi, que l’on voit apparaître des entreprises «à bas prix » sur du long courrier. La canadienne Zoom n’a pas résisté au besoin de trésorerie. Oasis à Hong Kong n’a pas trouvé son public et a été lâchée par les banques. Certes Air Asia X a les moyens de ses ambitions et applique à la lettre les codes du low cost cabine en classe éco à forte densité, options payantes et peu ou pas de services à bord. Il reste qu'Orly n'est pas un aéroport de seconde zone, il faudra y payer les taxes et le carburant à prix fort.