Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 21 Mai 2015

Alexandre de Juniac obtient 94,2% des voix en Assemblée générale



Certains pourraient évoquer un score à la soviétique mais avec un seul candidat, il est fort logique que celui-ci obtienne un résultat écrasant. Son mandat renouvelé en poche, le Président-directeur général du groupe a clairement les mains libres pour poursuivre son programme.



Perform 2020 va sans doute reprendre du souffle, et Alexandre de Juniac, Président-directeur général d'Air France-KLM, ne s'y est pas trompé : "En renouvelant mon mandat, les actionnaires d'Air France-KLM expriment avant tout leur soutien au projet que nous avons élaboré depuis plusieurs mois, incarné par le plan stratégique Perform 2020. Avec ce plan, Air France-KLM construit son futur avec l'ensemble de ses personnels : tout en poursuivant sa transformation profonde, il investit dans ses produits, ses marques et les secteurs en croissance". Il y a de nombreux chantiers sur la table, et notamment à poursuivre le dialogue syndical, en particulier autour des bases de province. La compagnie veut les fermer, les pilotes ont d'ores et déjà commencé à faire des contre-propositions.

Au cours de cette Assemblée, où plus de 13 000 actionnaires étaient présents ou représentés, les décisions suivantes ont notamment été prises : - Le mandat d'administrateur d'Alexandre de Juniac a été renouvelé à 94,2% pour 4 ans et le Conseil d'administration l'a renommé Président-directeur général du Groupe ;
- Jaap de Hoop Scheffer et Jean-Dominique Comolli ont été confirmés dans leur fonction d'administrateur respectivement à 89,4% et 82,6% ;
- Patrick Vieu a été nommé administrateur sur proposition de l'Etat, à 82,5% ; il remplace Régine Bréhier dont le mandat a pris fin à l'issue de l'Assemblée ;

A noter que l'Assemblée a retenu le principe de l'attribution des droits de vote doubles aux actionnaires inscrits au nominatif après une période de deux ans ; la résolution maintenant les droits de vote simple a en effet obtenu 56,6% de votes favorables, alors qu'elle en nécessitait 66,6% pour être adoptée.