Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Alexandre de Juniac obtient 94,2% des voix en Assemblée générale


Certains pourraient évoquer un score à la soviétique mais avec un seul candidat, il est fort logique que celui-ci obtienne un résultat écrasant. Son mandat renouvelé en poche, le Président-directeur général du groupe a clairement les mains libres pour poursuivre son programme.



Perform 2020 va sans doute reprendre du souffle, et Alexandre de Juniac, Président-directeur général d'Air France-KLM, ne s'y est pas trompé : "En renouvelant mon mandat, les actionnaires d'Air France-KLM expriment avant tout leur soutien au projet que nous avons élaboré depuis plusieurs mois, incarné par le plan stratégique Perform 2020. Avec ce plan, Air France-KLM construit son futur avec l'ensemble de ses personnels : tout en poursuivant sa transformation profonde, il investit dans ses produits, ses marques et les secteurs en croissance". Il y a de nombreux chantiers sur la table, et notamment à poursuivre le dialogue syndical, en particulier autour des bases de province. La compagnie veut les fermer, les pilotes ont d'ores et déjà commencé à faire des contre-propositions.

Au cours de cette Assemblée, où plus de 13 000 actionnaires étaient présents ou représentés, les décisions suivantes ont notamment été prises : - Le mandat d'administrateur d'Alexandre de Juniac a été renouvelé à 94,2% pour 4 ans et le Conseil d'administration l'a renommé Président-directeur général du Groupe ;
- Jaap de Hoop Scheffer et Jean-Dominique Comolli ont été confirmés dans leur fonction d'administrateur respectivement à 89,4% et 82,6% ;
- Patrick Vieu a été nommé administrateur sur proposition de l'Etat, à 82,5% ; il remplace Régine Bréhier dont le mandat a pris fin à l'issue de l'Assemblée ;

A noter que l'Assemblée a retenu le principe de l'attribution des droits de vote doubles aux actionnaires inscrits au nominatif après une période de deux ans ; la résolution maintenant les droits de vote simple a en effet obtenu 56,6% de votes favorables, alors qu'elle en nécessitait 66,6% pour être adoptée.