Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 31 Mai 2016

Aux Etats-Unis cet été, évitez New-York et San Francisco !



Depuis plusieurs semaines, les compagnies aériennes et aéroports font part de leur inquiétude face aux délais observés aux contrôles de sécurité. Le site MileCards.com a analysé les données des 50 plus importantes plates-formes américaines des 5 dernières étés pour établir le classement des pires aéroports pendant la période estivale. Les voyageurs d'affaires ont tout intérêt à éviter New-York et San Francisco !



Terminal C de l'aéroport de Newark - Crédit : Jared and Corin at Wikipedia
Terminal C de l'aéroport de Newark - Crédit : Jared and Corin at Wikipedia
Mauvaise nouvelle pour les voyageurs d'affaires... leurs déplacements aux États-Unis ce mois-ci risque d'être compliqués. L'étude de MileCards.com montre que juin est le pire mois en termes de délai dans les aéroports américains. Le taux moyen d'avions arrivés à l'heure entre 2010 et 2015 est de 75,4%. A titre de comparaison, le taux en septembre – mois qui enregistre la meilleure performance – est de 83,9%.

Éviter Newark à tout prix
Il est préférable d'éviter de transiter par Newark pendant l'été. L'aéroport obtient le pire «Misery score» (indice mis en place par MileCards.com) avec 95/100. La plate-forme multiplie en effet les points noirs. Elle affiche le taux de vols arrivés à l'heure pendant l'été le plus faible, avec 68,4%. Et elle ne fait gère mieux pour le temps d'attente entre l'embarquement et le décollage (22,6 min – 4ème plus mauvais temps) ou encore celui entre l'atterrissage et la porte de l'aéroport (9,3 – 7ème plus mauvais temps).
En revanche les professionnels en déplacement rencontreront peu de difficultés sur l'aéroport de San José et Portland. Ces deux installations présentent les «Misery score» les plus faibles.

Les aéroports new-yorkais demandent de la patience
Les voyageurs d'affaires au planning serré doivent aussi éviter San Francisco et New York La Guardia. Après Newark, ce sont les deux aéroports enregistrant les taux de ponctualité les plus faibles avec respectivement 68,4% et 70,3%.

La plate-forme de La Guardia rencontre également des difficultés sur ses décollages. Le temps d'attente entre l'embarquement et le départ est de 28 min. L'aéroport n'est supplanté que par New York JFK et ses 29,8 minutes d'attente.

Les passagers pressés de sortir de l'avion doivent de leur coté éviter la piste de Los Angeles. Il faut attendre 10,7 minutes pour arriver à la porte de l'aéroport après l'atterrissage.