Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 19 Novembre 2012

Baromètre American express 2012 : 63% des entreprises conservent un budget "voyages" stable



Alors que le poids de la crise économique a du mal à être mesuré avec précision, le baromètre 2012 d'American Express Voyages d'Affaires, publié ce 19 novembre à l'EVP, semble confirmer la bonne stabilité des budgets voyages avec 63 % des entreprises qui annoncent des dépenses 2012 identiques à celles de 2011. Seuls 14 % ont vu leur budget déplacements professionnels baisser contre 21% en 2011, 40% en 2010 et 66% en 2009. Enfin, 23 % des sociétés interrogées annoncent une hausse de leurs dépenses contre 34% en 2011.



Eric Audoin, le "patron" d'Amex
Eric Audoin, le "patron" d'Amex
La présence d’une Politique Voyage d'Entreprise, largement répandue, est devenue essentielle pour renforcer le contrôle des coûts. Plus de 90% des grands comptes disposent aujourd’hui de cette PVE que l'on retrouve aussi dans 74% des PME et plus de 50% des TPE. Autre constat, ce sont souvent les directions financières (DAF) qui ont à gérer les dépenses "voyages" : 6 entreprises sur 10 ont mis en place une organisation de ce type. La tendance perçue dès 2008 sur la généralisation des mesures de contrôle s’est donc accentuée d’année en année : 80 % des entreprises en sont dotées et le chiffre atteint 89% pour les grands comptes et les PME. Dans ce dernier cas, 3 entreprises sur 4 ont mis en place des reportings en provenance de sources variées. Petite déception, le calcul du ROI (Retour sur investissement) ne concerne que 30% des entreprises. Un chiffre plutôt bas au regard de ce qui se fait en Europe du Nord. Pour Eric Audoin, le patron d'Amex, l'édition 2012 de ce baromètre est placée sous le signe de la stabilité. Exit la croissance, place à la prudence. Et de poursuivre "«Plus que jamais dans ces moments d’incertitude, 67% des sociétés questionnés ont conscience de la nécessité que représentent les déplacements professionnels pour maintenir ou développer leur activité c'est ce qui explique aussi l'ouverture du baromètre à près de 600 entreprises pour avoir un échantillon encore plus représentatif des tendances et des meilleurs pratiques en Europe afin de permettre aux entreprises d’optimiser leur budget et de s’appuyer sur la TMC comme un partenaire économique pour développer leur activité».

2012 confirme 2011

La tendance annoncée par le baromètre 2011 est confirmée : plus d’une entreprise sur 2 a aujourd’hui mis en place des processus dans l’ensemble de la chaîne de valeur. Néanmoins, les étapes comme la gestion de la note de frais ou l’intégration dans les systèmes comptables font encore beaucoup plus l’objet d’attention que les phases amont. Vieux serpent de mer, la sécurité revient à la une des préoccupations des voyageurs. Selon AMEX, alors qu’elle était en retrait depuis 2009, elle se positionnerait en 2012 comme l’une des 3 priorités des entreprises à l’horizon 2016. Elle occupe une place de premier plan au sein de la politique voyages des entreprises (6ème composante des PVE* vs 12ème place l’an dernier) et les solutions de rapatriement et l’assistance 24/24 sont dans le top 3 des services demandés par les entreprises à leur agence. Selon AMEX, le mobile est devenu un canal de réservation à part entière. S’il était encore marginal l’an dernier, il n’est plus défini comme un complément mais comme une alternative (14 en 2012 contre 9% en 2011). Plus de 50% des entreprises en ont désormais un usage courant, plus développé encore dans les PME. Ces équipements confèrent une plus grande autonomie au voyageur d’affaires et lui proposent de nouveaux services tels que des alertes fournisseurs (67%), check in (60%), alertes sécurité (58%) et modifications des réservations à 56%.

Des postes à peaufiner

Pour AMEX, l’hôtellerie reste une préoccupation forte des directions achats qui, à 54 %, place ce secteur de dépense sous surveillance accrue. C’est désormais la composante la plus présente dans la PVE pour 88% des entreprises. L’hôtel est une priorité pour près de 6 entreprises sur 10 et talonne des catégories comme l’aérien, suivie par le MICE puis le Rail et enfin la location de voiture. 1 entreprise sur 3 continue à optimiser le poste hôtel, ce qui démontre une tendance forte à vouloir maîtriser cette typologie de dépenses. Autre enseignement issue de la crise, les entreprises sont tentées d’opter pour des stratégies d’optimisation dictées par un impératif économique, en conformité directe avec leur PVE. Parmi les attentes à développer, notons
- Réservation à l’avance
- Recours au meilleur tarif lors de la réservation
- Utilisation du online
- Recours aux fournisseurs privilégiés
- Utilisation du train plutôt que l’aérien
- Renégociation des accords fournisseurs
- Durcissement de la PVE*
- Développement des réunions virtuelles
- Recours aux low costs
- Augmentation des moyens de paiement centralisés.

2013, l'année de la mesure et du contrôle

Pour 2013, 72% des entreprises interrogées tablent sur une stabilité de leur budget Voyages, 16% une hausse (de 12 %) essentiellement motivée par des déplacements en Europe (49%) ou à l’international (52%)- et 12% à la baisse (de 11%). Parmi leurs priorités en 2013, soulignons celles les plus citées :
Contrôle des coûts à 80%
- Optimiser les dépenses de déplacements à 49%
- Sécurité des voyageurs 45%
- Avoir une vision complète des dépenses de déplacement 41%
- Faire appliquer la PVE* 38%
- Augmenter la satisfaction des voyageurs 30%
- Développer la contribution du département Voyages à la valeur ajoutée de l’entreprise 23%.

Pour mémoire, dans son étude prévisionnelle annuelle pour 2013, Global Business Travel Forecast, Amex prévoit une hausse tarifaire modérée en Europe à la fois dans l’aérien et l’hôtellerie, compte tenu des mesures d’austérité annoncées, tout comme en Amérique du Nord. En Asie, ce sont des pays comme l’Inde qui vont voir des tarifs aériens s’envoler (+8%).



1.Posté par Richard Quot le 19/11/2012 20:33
Je crois sincèrement que la crise nous touche plus profondément que le disent les études. Dans ma société, qui commence à parler de "plans sociaux préventifs" (je ne sais pas bien ce que cela veut dire), les déplacements ont été divisés par deux ! A l'évidence, la peur de la crise se fait ressentir sur le quotidien. Je trouve les prévisions présentées ici comme optimistes ! Mais j'espère sincèrement qu'elles seront justes.
Richard