Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Bataille d'annonces dès l'ouverture du salon du Bourget


Le salon du Bourget a ouvert ce 15 juin. Lors de cette nouvelle édition, l'installation aéroportuaire de la région parisienne est encore le théâtre de la bataille des constructeurs Airbus et Boeing. Leurs armes : les commandes. L'avionneur européen a d'entrée de jeu multiplié les annonces.



Dès les premières heures du Salon du Bourget, Airbus a confirmé la commande de Saudi Arabian Airlines. L'entreprise du Golfe a signé pour 30 A320ceo ainsi que 20 A330-300 Regional. Elle sera ainsi la première compagnie à faire voler la version moyen-courrier du gros porteur de l'avionneur. Ces achats représentent une facture au prix catalogue d'environ 8 milliards de dollars. L'américain GE Capital Aviation Services a pour sa part annoncé la commande de 60 A320neo (6,37 milliards de dollars prix catalogue). La société de leasing Air Lease Corporation a signé pour un A350-900, un A321ceo et 3 A320ceo. Cela représente un montant catalogue de 700 millions de dollars.
Airbus a également profité du salon pour vendre son ACJ319neo, la version modernisée de la déclinaison jet d'affaire du monocouloir, à Alpha Star. La société saoudienne sera ainsi le client de lancement de cet appareil. Il sera livré au second trimestre 2019.

Garuda Indonesia n'a pas tranché entre Airbus et Boeing. La compagnie a signé une lettre d'intention avec Airbus pour l'achat de 30 A350 XWB qui seront déployés entre l'Europe et Jakarta ou Bali. Elle a également annoncé le même jour une intention d’achat portant sur trente avions 787-9 Dreamliner, ainsi que jusqu’à trente Boeing 737 MAX 8. Elle a aussi reconfirmé l’acquisition de cinquante Boeing 737 MAX 8, une commande initialement annoncée en octobre 2014.

Le constructeur américain a également reçu une commande ferme de dix 777-8X et de quatre cargos 777 de Qatar Airways. La facture équivaut à 4,8 milliards de dollars. Il a aussi vendu cinq cargos B777 à EVA Airways (1,5 milliard au prix catalogue).

Bombardier et Embraer également dans la course
Si les deux plus importants avionneurs se battent par annonces interposées. Le canadien Bombardier n'est pas en reste sur le salon. Swiss a converti 10 de ses 30 commandes fermes d’avions CS100 en avions CS300 plus gros. «L’entente d’achat initiale de 30 avions CS100 avait été signée par Deutsche Lufthansa AG au nom de SWISS et annoncée en 2009».
WestJet a passé une commande ferme de cinq avions Q400, le 15 juin 2015. Elle avait également passé une commande ferme d’un avion Q400 en mars 2015. «Ces transactions sont des conversions d’options précédemment réservées par la société mère du transporteur, WestJet Airlines. Au prix courant de l’avion de ligne Q400, la transaction annoncée aujourd’hui est estimée à 200 millions $ US», précise le communiqué. «Le transporteur canadien exerce ses options alors qu’il se prépare à la livraison historique du 500e avion Q400 de Bombardier en juin».

De son côté le brésilien Embraer a annoncé, le 15 juin, 50 commandes fermes d'avions régionaux. Cela représente un montant total de 2,6 milliards de dollars au prix catalogue. Elles ont été signées par United Airlines, l'opérateur régional américain SkyWest, le loueur d'avions Aircastle et la compagnie chinoise Colorful Guizhou. De plus, le constructeur a annoncé des options pour des dizaines d'appareils supplémentaires. Il a aussi signé pour six Super Tucano avec le Mali. Ces avions seront utilisés pour la surveillance des frontières, la sécurité intérieure et à la formation.