Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 5 Décembre 2011

Brit Air supprime 6 lignes à Lyon





Brit Air réduit la voilure au départ de Lyon avec la décision prise le 18 novembre dernier de supprimer trois allers-retours par jour sur des lignes déficitaires comme Lyon-Prague, Lyon-Birmingham ou Lyon-Hambourg. Les pertes constatées sur l'exercice 2010/2011 (- 16,4 millions d'euros) devraient avoir également des conséquences sociales avec le gel des embauches.



1.Posté par Georges le 05/12/2011 12:01
Voilà une nouvelle de bien mauvais augure: après la disparition du hub d'Air France de Clermont-Ferrand, celle du hub de Lyon? Mais ce ne serait que la confirmation d'une tendance qui dure depuis 10 ans: on a ainsi vu disparaître, ou presque, les hubs de BA à Manchester et Birmingham (voire Gatwick), British Midland à East Midlands, Sabena à Bruxelles, Crossair à Mulhouse-Bâle, Alitalia à Milan, et j'en oublie sûrement. A qui la faute? En partie au moins aux low-costs, qui certes sont souvent intéressantes par leurs tarifs, mais ne proposent qu'un nombre extrêmement limité de vols "point à point" par rapport aux compagnies opérant un hub, système qui démultiplie le nombre de destinations proposées. Alors comment va-t-on faire maintenant pour aller à Hambourg ou Prague au départ de Caen, Le Havre, Rennes, Brest, Nantes, Poitiers, Limoges, Biarritz, Pau et j'en passe? On passe du jour au lendemain de 3 vols par jour à ... rien. Une petite minorité des villes citées disposent encore d'un accès à Roissy (pas le meilleur aéroport du monde, d'après votre récent article!), mais pour les autres? Inutile de chercher pour l'instant une réponse chez Easyjet ou Ryanair. L'ironie est que la discrète low-cost Flybe a bien compris l'intérêt de vendre des billets non-directs via ses hubs de Birmingham ou Southampton, après avoir pourtant pendant un temps appliqué le modèle 'point-à-point'. Alors, doit-on s'attendre à voir un jour ou l'autre Easyjet et Ryanair enfin connecter leurs vols les uns aux autres à Stansted, Orly, CDG, Lyon, Mulhouse, etc.? C'est loin d'être impossible. Alors après avoir tout patiemment détricoté, on reconstruit pierre par pierre, sous de nouvelles couleurs. On se demande quand même si l'usager, le voyageur d'affaires en particulier, aura beaucoup gagné dans ce remue-ménage.

2.Posté par Mykel86 le 05/12/2011 21:33
Nouvelle bien triste !
Et surtout incompréhensible à l'heure ou AF ouvre de nombreuses lignes au départ des nouvelles bases province !
Mais quand les dirigeants d'AF vont penser à développer leurs filiales régionales, et de développer le hub de Lyon, et le point à point en France et en Europe ?!?!?

3.Posté par mauricecg le 08/12/2011 16:54
Les low cost a Lyon ne doivent plus bénéficier de tarifs préférentiels puisqu'ils disposent depuis un mois d'une aérogare ultramoderne.Le maintien d'emplois corrects passe par le relévement de ces taxes sinon AIR fRANCE partira et la perte pour Adl sera de 40%,ils devront eux aussi licencier; je ne suis pas certain que le personnel ait conscience de ce fait.

4.Posté par maurice contrôleur de gestion le 08/12/2011 19:06
Bonjour,
Les taxes aéroportuaires à satolas sont plus basses pour les low cost,la raison en est une aérogare simplifiée.Depuis novembre les lowcost disposent à Lyon d'une aérogare neuve et fonctionnelle si les tarifs ne sont pas augmentés Air France quittera cette plate forme à terme.
Une perte au minimum de 40% des recettes aéoroportuaires sera au rendez vous...