British-Ibéria, les actionnaires approuvent

A force de l'annoncer, tout le monde croyait que c'était fait: les actionnaires de Britih et d'Iberia ont lundi, chacun de leur côté, approuvé la création d'une holding chapeautant les deux compagnies.

British-Ibéria, les actionnaires approuvent
Séparément, mais simultanément, les assemblées d'actionnaires ont approuvé ce lundi la création d'une holding intégrant les compagnies, "International Airlines Group" (IAG). Les deux transporteurs vont conserver chacun leurs marques, c'est économiquement que le poids lourd va sans doute se faire entendre dans les prochaines années avec la réunion des achats d'avions, de kérosène et autres intégrations de process économiques. Les synergies futures sont estimées à 400 millions d'euros d'économies par an. L'espagnol Antonio Vazquez sera le président d'IAG, dont la direction générale reviendra à Willie Walsh, qui détient déjà ce poste à BA. La nouvelle entité transportera, en cumulé, 60 millions de passagers, l'équivalent de Lufthansa et d'Air France KLM.

L'ensemble a une certaine cohérence, puisqu'Iberia dispose d'un excellent réseau sur l'Amérique latine tandis que BA est forte sur l'Amérique du Nord, le Moyen Orient et l'Asie. A l'occasion de ces réunions d'actionnaires, les compagnies ont fait savoir qu'elles étaient maintenant sur un pied de conquête: elles ont fait savoir qu'elles avaient dressé une liste -restée secrète- de 12 compagnies dont le nouveau groupe pourrait se porter acquéreur dans le cadre d'un plan "visant à créer le plus grosse compagnie aérienne mondiale". D'ores et déjà il va falloir mettre l'union en musique, d'autant qu'un accord a été lancé en octobre avec une troisième compagnie, American Airlines, pour une gestion commune de tous leurs vols transatlantiques et plus de 400 destinations.