Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Brussels Airlines a repris des couleurs en mai


L'activité de Brussels Airlines avait été fortement impactée par les attentats de l'aéroport de Bruxelles en mars dernier, elle a repris des couleurs au mois de mai. La compagnie a indiqué le 21 mai 2016 qu'elle avait enregistré une croissance du trafic passager de 4.2% par rapport à mai 2015.



Brussels Airlines a accueilli 697.941 passagers dans ses avions en mai dernier. Cela représente 28.091 clients de plus (+4,2%) que durant la même période l’année passée. Le secteur européen présente une augmentation du nombre de voyageurs de 3,4%. Sur les vols à destination et en provenance d'Afrique, la hausse est de +3,8%. La progression sur les trois destinations transatlantiques est de 25,4%.
La croissance observée sur les routes nord-américaines est en grande partie due au lancement de la nouvelle destination Toronto, augmentant ainsi l’offre et par conséquent aussi le nombre de passagers. La compagnie explique: "Après la chute du nombre de passagers aux mois de mars et avril suite aux attentats, Brussels Airlines enregistre à nouveau une augmentation du nombre de ses passagers. Cependant, la demande ne se situe pas encore au niveau d’avant le 22 mars, car cette croissance a été réalisée en grande partie en raison de l'augmentation de la capacité et des longs week-ends de mai qui ont incité de nombreux Belges à se rendre à l'étranger". Le trafic de transit est également en hausse, reconnait la plateforme: "C’est surtout le nombre de passagers en connexion (des passagers qui n’ont pas la Belgique comme point de départ ou d’arrivée, mais qui combinent via Brussels Airport deux vols) qui a connu une croissance mais pas le nombre de passager au départ de et vers la Belgique". Elle conclut: "Alors que l’aéroport de Bruxelles est à nouveau entièrement opérationnel, l'impact négatif des attentats reste toujours tangible. Tant le tourisme que le voyage d’affaires souffrent encore des répercussions du 22 mars dernier".