Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Brussels Airport à nouveau accessible en train


Un mois après les attentats de Bruxelles, les trains desservent à nouveau Bruxelles Airport. Les services ferroviaires vers la plate-forme ont repris le 22 avril.



En accord avec les services de sécurité et Infrabel, la SNCB et Brussels Airport Company ont décidé de remettre en service l’ancienne gare de l'aéroport de Bruxelles. Ainsi les voyageurs d'affaires peuvent à nouveau emprunter le train pour se rendre à l’aéroport touché par un attentat le 22 mars dernier. Ils ont accès à l’ancienne gare via les quais existants. Le gestionnaire de la plate-forme assure qu' une "signalisation adaptée permettra de gérer au mieux les flux de voyageurs".

Les guichets de l’ancienne gare ne seront pas ouverts. En revanche, dix automates de vente ont été installés. Comme dans les autres grandes gares, du personnel SNCB sera présent sur place pour aider les voyageurs en cas de besoin. Les billets de transports (ticket et supplément Diabolo) seront contrôlés dans les rames.

Le service des trains de et vers l’aéroport est inchangé par rapport au service en vigueur avant le 22 mars. Brussels Airport ajoute: "Grâce à l’ouverture du tunnel Schuman-Josaphat le lundi 4 avril dernier, il y a également maintenant des relations directes depuis des villes comme Dinant, Namur, Ottignies, Charleroi et Nivelles. Et depuis la gare Bruxelles-Schuman, le cœur du quartier européen, on rejoint désormais l’aéroport en 16 minutes au lieu de 32 minutes auparavant".

En outre, les escalateurs et ascenseurs ne sont pas encore utilisables. Les passagers peuvent dont uniquement emprunter les escaliers. "Les voyageurs risquent, de par cette limitation, de prendre plus de temps pour rejoindre l’aéroport depuis la gare, et notamment lors des périodes chargées. La SNCB travaille sur plusieurs options pour augmenter l’accessibilité d’une infrastructure qui n’a plus été utilisée depuis des années".