Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Bruxelles-Zaventem: la police aéroportuaire prépare une grève pour plus de sécurité


Le corps d'intervention de la police aéronautique - une section de la police fédérale belge qui travaille dans les aéroports – s’inquiète pour la sécurité de Brussels Airport. Une partie des agents de la plate-forme assure qu'il y a des employés radicalisés dans les effectifs de l’installation. La police de l'aéroport compte déposé un préavis de grève.



Les agents de la police aéronautique belge assurent dans une lettre ouverte que le groupe État Islamique a de nombreux partisans parmi les employés de l'aéroport de Bruxelles. Ils expliquent par courrier: "Cette lettre est l’expression de la frustration de policiers de première ligne face à la mauvaise gestion, un cri de détresse en faveur de la sécurisation des aéroports nationaux". Selon eux, il n'y a pas assez de contrôles et de sécurité sur la plate-forme, permettant ainsi aux terroristes de pouvoir faire des repérages sans grande difficulté. "Pour nous, il est évident que les terroristes ont bénéficié de l'aide de personnes qui ont fait du repérage avant de passer à l'action", ont-ils écrit. Ils déplorent également le manque de moyens et de matériel.

Les forces de l'ordre assurent aussi que des salariés de l'installation étaient radicalisés. Une source policière a confié à 7sur7 qu'ils devaient être une cinquantaine. Elle a expliqué "Ils disposent d'un badge de sécurité et peuvent même accéder au cockpit d'un avion. Par le passé, nous avons retiré le badge de plusieurs personnes parce qu'ils exprimaient leur sympathie pour l'EI. Mais nous ne l'avons certainement pas fait pour tout le monde. Nous trouvons ces radicaux surtout dans les magasins, le services de nettoyage et parmi les bagagistes".

Préavis de grève activé
La police aéroportuaire à Zaventem et les autorités (Intérieur et Justice, notamment se sont rencontrées le 31 mars 2016. Mais les discussions se sont soldées par un échec. Les syndicats des forces de l'ordre ont indiqué qu'un préavis de grève "va donc être activé" car "les mesures proposées n'ont pas été jugées suffisantes".