Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Bruxelles enquête sur l'aéroport de La Rochelle


L’aéroport de La Rochelle qui a accueilli un peu moins de 200.000 passagers en 2010 est déficitaire depuis 2002. Entre 2002 et 2005, il a reçu 3 millions d’euros de subventions des différentes entités publiques pour financer ses infrastructures. Mais la commission européenne, suspicieuse, a ouvert une enquête afin de déterminer si les contrats respectent bien les lois sur les aides de l’Etat à l’aérien.



Bruxelles enquête sur l'aéroport de La Rochelle
L’aéroport de La Rochelle est dans le viseur de la Commission européenne. Bruxelles a ouvert une enquête approfondie sur les aides d’Etat accordées à la plate-forme de Charente-Maritime, soit près de 3 millions d’euros entre 2002 et 2005, afin de financer des projets plusieurs infrastructures. Pour Bruxelles, «A ce stade, la Commission doute que ces mesures soient conformes aux lignes directrices de l'UE relatives aux aides d'État au secteur de l'aviation. Elle va notamment vérifier si les subventions étaient nécessaires à la réalisation des investissements, si l'aide était proportionnée aux objectifs poursuivis et si les infrastructures offraient des perspectives d'utilisation à moyen terme satisfaisantes». La Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de La Rochelle, gestionnaire de l’aéroport, est soupçonnée également d’avoir reçu une avance de trésorerie de 8 millions d’euros. Cette pratique, si elle était confirmée, se révélerait illégale. Les accords de commercialisation noués entre l’installation rochelaise et les compagnies aériennes qui la desservent, vont également être passés au crible par la Commission Européenne afin de s’assurer qu’ils respectent les règles de la concurrence.






1.Posté par Roy-Henry le 09/02/2012 09:38
Il serait sans doute bon, toutefois, que des Rochelais enquêtent sur les agissements de la commission européenne, pour vérifier (par exemple) que la probité des commissaires est au-dessus de tout soupçon.