Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Bruxelles veut aller vite pour un ciel européen unique


Serpent de mer ou réel outil de travail sur le transport aérien aérien ? Le ciel unique européen prend forme dans l'esprit de Siim Kallas, vice-président de la Commission transport qui plaide pour une collaboration renforcée sur le plan technologique.



Dans le cadre de sa visite au Bourget, Siim Kallas, a déclaré que les techniques et les procédures nécessaires à la réalisation du ciel unique européen devraient être mises en œuvre de la même manière et dès que possible dans toute l'Europe. C'est la raison pour laquelle la Commission soumettra au Conseil d'ici à octobre 2011 une proposition visant à faciliter la transition vers la phase de déploiement du programme SESAR (Single European Sky Air traffic management Research) en mettant tout particulièrement l'accent sur le financement et la bonne gestion. M. Kallas a également lancé, ce mardi 21 juin, le nouveau conseil consultatif pour la recherche sur l'aéronautique en Europe (Advisory Council for Aviation Research and Innovation in Europe – ACARE 2). Cette assemblée de toutes les parties prenantes de l'aviation, des institutions européennes et des États membres constitue un nouveau jalon du processus lancé par le rapport «Flightpath 2050» (Plan de vol 2050) et rédigera une nouvelle feuille de route européenne pour la recherche et l'innovation dans l'aviation à l'horizon 2050, au-delà des étapes que sont le ciel unique européen et le programme SESAR.
Sijm Kallas a également profité de sa visite au Salon du Bourget pour insister sur le fait que le système de performance et les blocs d'espace aérien fonctionnels sont des tests cruciaux de notre volonté collective et de notre aptitude à produire des résultats tangibles. Simultanément, la création de blocs d'espace aérien fonctionnels en décembre 2012, amenant les États membres à réorganiser et rationaliser collectivement leur espace aérien afin de mieux répondre aux besoins des utilisateurs de l'espace aérien, contribuera au remembrement de l'espace aérien et devrait permettre d'importantes économies d'échelle.