Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 17 Février 2009

Budget en baisse



Les prévisions en termes de budget voyages ont considérablement changé en quelques mois. Un sondage de l'Association of Corporate Travel Executives (ACTE) révèle que les entreprises encore optimistes en septembre prévoient aujourd’hui une réduction de leurs déplacements professionnels.



(c) Michael Flippo - Fotolia.com
(c) Michael Flippo - Fotolia.com
La crise économique entraîne de profonds changements dans les budgets et les politiques voyages des entreprises, qui se serrent la ceinture et se rapprochent des fournisseurs pour renégocier leurs contrats corporate. En comparant les résultats d’une étude réalisée en septembre, on constate une nouvelle approche des dépenses voyages et un changement de comportement des acheteurs. L’association a interrogé 329 travel managers originaires d’Amérique du Nord et d’Europe.

La majorité des Travel Managers interrogés confirment qu’ils dépenseront moins en 2009 que l’année dernière. L’étude conduite en septembre indiquait que 33% des acheteurs adopteraient ce comportement, 31% maintiendraient leur budget et 36% l’augmenteraient. Les résultats publiés ce moi-ci montrent une inversion de la tendance avec 71% des répondants qui assurent diminuer leur budget 2009, 21% qui le maintiennent et seulement 8% affirment qu’ils dépenseront plus.

L’étude met en lumière le fait que les postes de dépenses les plus touchés sont ceux des réunions internes. Les recherches d’ACTE montrent que les entreprises ciblent les réunions non génératrices de revenus directs, celles-ci pouvant représenter jusqu’à 40% du budget voyages. La popularité en hausse des solutions technologiques alternatives pourrait ainsi faire économiser jusqu’à 10 millions de dollars sur les budgets voyages sans compromettre les objectifs. L’étude montre en effet que les travel managers, qui étaient seulement 32% à être intéressés par les solutions technologiques l’année dernière, sont aujourd’hui 50% à se tourner vers ces alternatives.